Trump promettait le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, il est désormais prêt à les renforcer

International
DirectLCI
CHEF DE GUERRE - C’était l’une de ses promesses de campagne en 2016 : le retrait des soldats américains dans les différents conflits engagés depuis 2001. Mais depuis, Donald Trump a changé d’avis, en tout cas pour ce qui concerne l'Afghanistan.

Lundi soir, le président américain a ouvert la voie à un renforcement des effectifs militaires américains en Afghanistan dans le cadre d'une révision de la stratégie des Etats-Unis dans la région. Invité sur la base militaire de Fort Myer en Virginie, Donald Trump, qui avait exprimé ses doutes sur l'idée de prolonger une guerre qui dure depuis près de seize ans, a expliqué que sa nouvelle politique serait "un combat pour gagner" dans le but d'empêcher l'Afghanistan de redevenir un sanctuaire pour les islamistes alors que les talibans gagnent du terrain.

Un changement de position logique

"Nous ne sommes pas dans la reconstruction d'un pays. Nous tuons des terroristes", a déclaré Donald Trump tout en ouvrant la porte à des discussions avec "une partie des talibans" en vue d'un règlement politique. Depuis l'intervention militaire décidée en 2001 par George W. Bush après les attentats du 11 septembre, les talibans ne sont plus au pouvoir. Mais Donald Trump, qui avait promi de désengager son pays des différentes guerres dont celle d'Afghanistan, se retrouve confronté aux mêmes défis que ses prédécesseurs : les talibans continuent à gagner du terrain face à un gouvernement officiel faible qui ne contrôle aujourd'hui que 60% du pays.

C'est donc cette réalité qui a poussé l'administration Trump a revoir sa position : "Les conséquences d'un retrait rapide seraient tout à la fois prévisibles et inacceptables. Un retrait précipité créerait un vide que les terroristes, parmi lesquels l'EI et Al Qaïda, rempliraient instantanément", a déclaré Donald Trump. Qui a reconnu sa volte-face sur le sujet : "Mon instinct initial était de se retirer (…) mais les décisions sont très différentes lorsque vous êtes dans le Bureau ovale".

4000 soldats supplémentaires

Lors de son discours Donald Trump n'a pas indiqué combien de temps les forces américaines resteraient dans le pays. Selon des sources proches du secrétaire de la Défense James Mattis, le président a donné son feu vert au projet qui prévoit d'envoyer 4000 hommes supplémentaires en plus des 8000 soldats déjà présents sur place.


Donald Trump a toutefois fait comprendre que sa patience envers le gouvernement afghan avait des limites. Kaboul devra coopérer davantage pour justifier la poursuite de l'engagement américain, a-t-il dit, prévenant que le soutien des Etats-Unis n'était pas "un chèque en blanc" et que Washington ne s'engagera pas dans un processus d'"édification d'un pays".

L’Afghanistan va devenir un cimetière pour les États-UnisCommuniqué des talibans

Réagissant au discours de Donald Trump, les talibans ont déclaré que l'Afghanistan risque de devenir un "nouveau cimetière" pour les États-Unis s'ils ne retirent pas bientôt leurs troupes : "Si les États-Unis ne retirent pas leurs troupes d'Afghanistan, (le pays) deviendra bientôt un nouveau cimetière pour cette super-puissance du XXIème siècle. Les dirigeants américains devraient savoir cela", indiquent-ils dans un communiqué.


Depuis le début de la guerre en 2001, 31 000 civils afghans et 2 400 soldats américains sont morts en Afghanistan. Les Etats-Unis ont dépensé plus de 600 milliards d'euros en seize ans de présence dans le pays.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter