Floride : le piratage d'un réseau d'eau potable tourne court grâce à la vigilance d'un employé

Floride : le piratage d'un réseau d'eau potable tourne court grâce à la vigilance d'un employé

FRAYEUR - Aux États-Unis, les autorités sont sur le qui-vive après le piratage, vendredi, d'une usine d'approvisionnement en eau en Floride. S'infiltrant dans le réseau d'ordinateurs, le hacker est parvenu à modifier l'équilibre chimique de l'eau, la rendant dangereuse pour la consommation.

Le pire a été évité de justesse. Vendredi, à la veille du Superbowl qui se jouait à quelques kilomètres de là, à Tampa, un pirate informatique est parvenu à entrer de façon illégale dans le réseau d'ordinateurs d'une usine d'approvisionnement en eau en Floride, donnant des instructions pour augmenter à un niveau dangereux la concentration d'un additif chimique. Immédiatement remarquée, la modification des données a été corrigée de façon à ce qu'aucun consommateur local n'ait été en danger.

La teneur en hydroxyde de sodium multipliée par 1000

Les 15.000 personnes qui dépendent de l'usine de traitement d'eau d'Oldsmar, dans la banlieue de Tampa, doivent leur santé à un technicien informatique. Dans la salle des opérations vendredi matin, il remarque tout d'abord le déplacement inopiné de son curseur de souris. L'incident en reste là, mais se reproduit quelques heures plus tard. Là, l'employé de l'usine voit que quelqu'un, derrière son écran, est en train de multiplier par 1000 la teneur de l'eau en hydroxyde de sodium. La substance, cruciale pour le contrôle d'un milieu alcalin ou la régulation d'acidité de l'eau, est corrosive et dangereuse à teneur élevée.

Lire aussi

L'alerte donnée immédiatement fait échapper au pire

L'opérateur réduit immédiatement la teneur et donne l'alerte aux autorités locales. Le shérif met alors en garde toutes les infrastructures sensibles du secteur. "Quand on passe de 100 à 11.100 parties par million, ce n’est pas juste un accident. C'est potentiellement grave", souligne-t-il auprès de Fox 13 News. Interviewée par la chaîne de télévision, Katherine Alfredo, professeur de génie civil à l'Université de Floride du Sud, indique qu'une telle concentration en  hydroxyde de sodium n'est pas mortelle, mais est surtout dangereuse pour la peau. Si le dénouement de cette cyberattaque est heureux, celle-ci est venue illustrer le danger que les piratages informatiques peuvent faire courir à d’importantes infrastructures. Le FBI a ouvert une enquête.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

EN DIRECT - Week-end de l'Ascension, vaccin AstraZeneca... l'appel de Jean Castex

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.