Françaises tuées en Argentine : le principal accusé avoue un viol

International
DirectLCI
JUSTICE - Gustavo Lasi, principal mis en cause dans le procès visant à élucider le meurtre de deux Françaises en Argentine en 2011, a avoué mercredi qu'il avait violé l'une d'elles mais a continué de nier les meurtres. De nombreuses questions restent en suspens.

Si la vérité n'a toujours pas éclaté, un aveu de taille a été livré. Interrogé pendant plusieurs heures par le tribunal de Salta (nord-ouest de l'Argentine) mercredi, Gustavo Lasi, le principal accusé du viol et du meurtre de deux Françaises en Argentine en 2011 , a enfin décidé de s'exprimer et de répondre aux questions des parties, alors qu'il s'y était refusé depuis le début du procès.

Il devait répondre aux questions concernant Houria Moumni et Cassandre Bouvier, deux étudiantes en sociologie de 23 et 27 ans , qui ont été vues pour la dernière fois l'après-midi du 15 juillet 2011 à la Quebrada de San Lorenzo, un parc naturel prisé des promeneurs, à 10 km de la ville de Salta.

Il a rencontré "par hasard" les deux bourreaux

Dans son récit, le suspect affirme que ce jour-là, il a rencontré par hasard Daniel Vilte et Santos Vera, les deux autres Argentins accusés comme Lasi d'avoir battu, violé et tué les Françaises, dont les corps ont été retrouvés le 29 juillet 2011 dans le parc.

Parti avec le fusil de chasse de son père pour "tirer des pigeons", Lasi dit avoir suivi ses coaccusés sur un sentier, qu'il est resté en retrait quand Vilte et Vera ont rencontré les Françaises, leur ont dérobé un sac à main, avant de les brutaliser et de les menacer avec un revolver.

Il dit avoir commis un seul viol malgré les preuves ADN

Souvent confus, il a expliqué avoir remis sa carabine à ceux qu'il incrimine. Plus tard, après avoir entendu des cris disant "non, non", il s'est approché des Françaises, "agenouillées, le pantalon baissé, nerveuses et apeurées", à l'écart du chemin. Sans pouvoir nommer ni identifier la victime, il dit avoir commis un viol. Pourtant, les relevés de son empreinte ADN établissent qu'il a abusé des deux jeunes femmes.

Interrogé par le procureur, Lasi se présente comme une victime manipulée par les deux autres accusés. "Je me suis laissé entraîner. Vilte m'a dit de venir. Je n'ai pas été obligé, j'y suis allé pour ne pas passer pour une mauviette". De nombreuses questions restent toutefois en suspens et une rumeur persiste depuis 2011. Celle-ci affirme en effet que ces crimes seraient imputables à deux fils de notables locaux et que les trois accusés ne sont que pauvres boucs émissaires. Le verdict est attendu vendredi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter