Tensions avec la Turquie : Macron va rencontrer Erdogan avant le sommet de l'OTAN

Le président de la République Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan en 2018 à Istanbul.

NOUVELLE TENTATIVE - Le président français a dit souhaiter "une clarification" avec la Turquie sur des sujets de tension au sein de l'alliance transatlantique.

Malgré les très nombreux sujets de contentieux, les relations diplomatiques continuent entre la France et la Turquie. Le président français Emmanuel Macron a annoncé, jeudi, qu'il allait rencontrer son homologue turc Recep Tayyip Erdogan "juste avant" le sommet de l'OTAN qui doit débuter ce lundi.

Selon l'entourage du chef de l'État, la rencontre se tiendra à Bruxelles, sans précision sur l'horaire exact de l'entrevue. "Quand on est membres de la même organisation, [...] on ne peut pas décider de mener des opérations unilatérales qui sont contraires aux intérêts des coalitions qu'on a bâties", a estimé Emmanuel Macron. Celui-ci souhaite "une clarification" avec la Turquie sur le sujet.

La France réclame "un cadre clair" dans le fonctionnement de l'OTAN

Le sommet de l'Otan devrait être centré sur les questions de sécurité sur le continent européen, dans un contexte d'incertitudes autour de la pérennité de l'institution que le président français avait jugée, il y a 18 mois, "en état de mort cérébrale". Emmanuel Macron a appelé l'OTAN à une "réorganisation stratégique" et à "poser un cadre clair des relations entre alliés", pointant des "incohérences" qui n'ont pas été "réglées". La présidence de Joe Biden sera peut-être l'occasion d'une clarification par rapport à son prédécesseur Donald Trump.

La France et la Turquie font actuellement toutes les deux partie de l'OTAN. En juin 2020 pourtant, un incident a opposé des bâtiments turc et français près des côtes libyennes. Les relations entre les deux pays se sont également dégradées en raison de désaccords sur la Syrie, la Libye, et plus récemment sur le conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. 

En octobre dernier, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait mis en cause la "santé mentale" de son homologue français Emmanuel Macron, l'accusant de mener une "campagne de haine" avec son discours contre le "séparatisme" islamiste en France et parce qu'il avait défendu le droit à caricaturer le prophète Mahomet.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

AstraZeneca annonce que son traitement anti-Covid est inefficace

EN DIRECT - "Rendre le sourire à nos enfants" : les pédiatres réclament la fin du masque à l'école

Affaire Jubillar : pourquoi l’étau se resserre sur son mari ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.