François Hollande au Mexique : le casse-tête diplomatique

François Hollande au Mexique : le casse-tête diplomatique

DirectLCI
DIPLOMATIE – François Hollande est arrivé ce jeudi au Mexique pour une visite de deux jours. Le président français souhaite renouer des liens distendus depuis l'affaire Cassez, mais une nouvelle affaire pourrait perturber ses plans.

A peine a-t-il posé le pied au Mexique que François Hollande se trouve déjà devant une situation diplomatique délicate. Alors que l'objectif affiché de ce voyage de deux jours est de rétablir de bonnes relations entre les deux pays, un peu plus d'un an après la fin de l'affaire Florence Cassez , c'est cette fois le cas de Maude Versini qui s'invite dans les débats. Cette dernière est en conflit depuis décembre 2011 avec son ancien mari, Arturo Montiel, qu'elle accuse d'avoir enlevé ses trois enfants au Mexique et de l'empêcher de les voir.

La jeune femme a en outre reçu le soutien de Valérie Trierweiler. "@FranceDiplo doit agir", a-t-elle écrit dans un tweet mercredi soir. "Elle m'a beaucoup aidée, elle m'a reçue à deux reprises à l'Elysée", a indiqué Maude Versini ce jeudi matin sur Europe 1, soulignant que l'ancienne compagne de François Hollande avait dans l'idée à l'époque de faire partie du voyage présidentiel.

Arturo Montiel, un proche du nouveau président

"J'ai vraiment espoir que ce voyage soit pour moi la solution, et que François Hollande me ramènera mes enfants !", a dit Maude Versini, en accusant les magistrats mexicains de lui avoir "interdit un droit de visite". "Je ne pense pas que ce soit une affaire privée, elle ne l’est plus depuis longtemps. A partir du moment où les juges mexicains ont retourné leur veste après m’avoir donné raison dans tous mes procès en 2012, où ils changent subitement d’avis sans que le dossier ait été modifié, j’estime que mes droits sont violés. Ce n’est plus du tout une affaire privée !", a-t-elle ajouté.

Diplomatiquement, l'affaire ne sera pas simple à traiter pour François Hollande, accompagné notamment de son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Ce jeudi, le président français doit rencontrer son homologue mexicain, Enrique Pena Nieto. Un président proche d'Arturo Montiel, a qui il doit son ascension politique. "Il a été classé dans Forbes comme le 7e homme le plus corrompu d'Amérique Latine : il n'hésite pas à user de toutes ses influences, à acheter des juges, il n'a peur de rien et se sent au-dessus des lois", a affirmé la jeune femme à propos de son ex-mari, qui fut gouverneur de l'Etat de Mexico de 1999 à 2005. Un casse-tête dont se serait bien passé François Hollande.

Plus d'articles

Sur le même sujet