Quels sont les privilèges des ex-chefs d'Etat à travers le monde ?

Quels sont les privilèges des ex-chefs d'Etat à travers le monde ?
International

AVANTAGES – La France a décidé de s’attaquer aux privilèges de ses anciens chefs d’Etat en les réduisant substantiellement. Comment cela se passe-t-il à l’étranger ? LCI s’est intéressé aux cas du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de l’Allemagne et de l’Italie.

C’est un premier pas en avant. François Hollande a fait passer mercredi un décret instaurant une dégressivité progressive des moyens accordés aux anciens présidents de la République. Selon un rapport de la Cour des comptes et du Conseil d'État, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing coûtent chaque année la bagatelle de 10,3 millions d'euros. 

Leurs homologues internationaux sont-ils aussi bien traités ? Comment fonctionne le régime de retraite des anciens chefs d’Etat et de gouvernement à l’étranger ? LCI s’est intéressé aux cas du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de l’Allemagne et de l’Italie. 

Lire aussi

    Les Etats-Unis ou le rêve américain

    Au pays de l’Oncle Sam, le régime de retraite des anciens chefs d’Etat est régi par le Former President Act. Cette loi fédérale, votée en 1958, accorde nombre d’avantages financiers ou en nature. 

    Les quatre ex-locataires de la Maison Blanche – Jimmy Carter, Bill Clinton, George Bush père et fils – bénéficient ainsi d’une pension à vie de 205.700 dollars (183.700 euros), de l’assurance maladie, d’un bureau et d’employés personnels défrayés à hauteur de 96.000 dollars (85.000 euros), et même 150.000 dollars (134.000 euros) pendant les 30 premiers mois post-mandat. 

    Mais ce n’est pas tout. La loi est complétée par le Former Presidents Protection Act. Ce texte, amendé en 2013 sous Barack Obama, rétablit la mise à disposition des services secrets pour assurer la sécurité des ex-chefs d’Etat, de leurs enfants – s’ils sont âgés de moins de 16 ans – et de leurs épouses. À noter que ces dernières, tout comme les veuves d’anciens présidents, reçoivent elle aussi une pension de retraite. 

    Au Royaume-Uni, les pratiques évoluent, pas la loi

    Outre-Manche, les anciens Premiers ministres sont eux aussi plutôt bien lotis. Une loi votée sous la mandature de John Major en 1991 a fixé leur retraite à 50% du salaire qu’il percevait au 10 Downing Street, soit plus de 70.000 livres sterling annuelles (80.000 euros). Mais tous ne la réclament pas : David Cameron et Gordon Brown y ont renoncé au moment de quitter leur fonction, comme le préconisait un organisme public en 2008 à titre consultatif. 

    Ils préféraient sans doute aussi s’éviter les même polémiques que Tony Blair. Car, en plus de la retraite (et des conférences rémunérées qu’il donne à travers le monde), celui qui fut surnommé "le caniche de Bush" n’a en effet refusé aucun des privilèges accordés aux ex-Premiers ministres. Il bénéficie ainsi d’une voiture avec chauffeur et du remboursement complet des frais liés à son bureau et à ses assistants (115.000 livres, soit 130.000 euros).

    Et ce n’est pas tout. Selon des chiffres de 2012, la protection assurée à l’ancien chef du gouvernement britannique – à laquelle tous ont droit – s’élevait à 250.000 livres (284.000 euros) par an. 

    Les situations paradoxales de l’Allemagne et de l’Italie

    Les situations allemandes et italiennes sont quant à elle pour le moins paradoxales. Et pour cause : les chefs de gouvernement – le président du Conseil et le chancelier – sont loin d’être les mieux traités. 

    Dans les deux pays, la palme de la retraite dorée revient au chef de l’Etat, dont le mandat est pourtant essentiellement représentatif et honorifique. Outre-Rhin, le président fédéral  a droit à un bureau défrayé dans la ville de son choix ainsi qu’à une pension annuelle de quelque 200.000 euros (soit 100% de son salaire). 

    De l’autre côté des Alpes, le président de la République devient pour sa part sénateur à vie, avec tous les avantages que cela implique : salaire (près de 6000 euros mensuels), bureau, employés personnels... 

    Lire aussi

      VIDEO - Les avantages alloués aux anciens présidents français revus à la baisse

      En vidéo

      Les avantages alloués aux anciens présidents revus à la baisse

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent