"Fuck you, "incontinence cérébrale", "gâteux", un député LaREM se lâche et insulte Donald Trump

"Fuck you, "incontinence cérébrale", "gâteux", un député LaREM se lâche et insulte Donald Trump

International
TWEETCLASH - Le député des Français de l'étranger, Joachim Son-Forget, s'en est pris ouvertement au président américain sur Twitter. Si ces propos ont pu choquer l'opinion publique, il assure défendre son pays et assume pleinement.

Joachim Son-Forget n’aime pas s’embarrasser des "qu’en dira-t-on". En octobre, il s’était fait remarquer pour avoir défendu le forain Marcel Campion, après ses propos homophobes. Une prise de position étonnante au nom de la liberté d’expression. Ce samedi, c’est la nation française qu’il a voulu défendre. Contre qui ? Contre rien de moins que le président américain !


Le député de la majorité a publié une série de tweets plus virulents les uns contre les autres, après que Donald Trump a dénoncé, une fois de plus, l’accord de Paris - objet, selon lui, de la colère des Gilets jaunes. Clairement, la pique ne lui plaît pas.  "Quelqu’un peut-il juste lui dire 'fuck you', lui débrancher internet et lui donner ses pilules? Sérieusement", écrit-il dans un premier tweet.


Quelques minutes après, il poste une photo peu avantageuse du chef d’Etat américain invectivant "Donald le gâteux", atteinte selon lui "d’incontinence cérébrale". "N'insulte pas mon pays, vieux sénile" écrit-il encore. "La France embrasse tes fesses". Charmant.

Et il ne s’arrête pas là. Après Donald Trump, il prend pour cible tous les politiques étrangers qui se permettent de donner leur avis sur la crise politique actuelle causée par le mouvement des Gilets jaunes. 


Steve Bannon, en déplacement à Bruxelles ce samedi aux côtés de Marine Le Pen, se réjouit de voir Paris brûler ? L’ancien conseiller du président américain voit dans les Gilets jaunes "exactement les mêmes gens que ceux qui ont élu Donald Trump à la présidence des États-Unis en 2016, les mêmes gens que ceux qui ont voté pour le Brexit" ? Ni une, ni deux, Joachim Son-Forget monte au créneau – sans prendre de gants. "La sous-merde Bannon vient vendre sa camelote en Europe mais nous ne la prendrons pas", assure-t-il. "Bullshitters go home." Les menteurs rentrez chez vous, en français.

L'élu est en forme et enchaîne. Recep Tayyip Erdogan dénonce "les violences policières" ? Hop, nouveau tweet. "Quoi? Lui aussi il ne faut rien lui dire? Le politiquement correct va tuer la France qui ne sait plus se dresser devant l’impensable, qui n’ose pas défendre ses idées avec véhémence si nécessaire."


Ces sorties n’ont pas manqué de faire du bruit. Certains Français lui ont demandé plus de retenue et de diplomatie. Mais l’élu assume : "Laissez insulter votre pays si vous voulez, pour tous ceux qui participeront au bal des chiffes molles moralistes de la twittosphere. Moi je ne laisserai pas faire. Je n’ai de devoir de réserve que celui que je m’impose, quand je le désire. La liberté compte plus que tout." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter