"#FuckingWall" : quand l'ancien président du Mexique pilonne Trump et son mur sur Twitter

"#FuckingWall" : quand l'ancien président du Mexique pilonne Trump et son mur sur Twitter

CLASH TWEET - Vicente Fox Quesada, ancien président du Mexique, ne cesse de tancer Donald Trump depuis qu'il a été nommé nouveau locataire de la Maison Blanche. Ce week-end, il a affirmé une fois encore que son pays ne débourserait pas un seul peso pour son (put*** de) mur.

Vincent Fox Quesada ne compte pas lâcher le nouveau Président des Etats-Unis de sitôt. L'ancien président du Mexique, en fonction de 2000 à 2006 avant l'ère Felipe Calderon, ne cesse de chahuter Donald Trump suite à l'annonce de la signature d'un décret permettant la construction d'un mur à la frontière américano-mexicaine, afin de lutter contre l'immigration illégale. A tel point qu'il a lancé le hashtag #FuckingWall ("put*** de mur"). 

A peine remis d’une partie de golf avec le Premier ministre japonais, Donald Trump a promis ce samedi via un tweet de faire baisser le coût de ce mur qu’il veut construire à la frontière avec le Mexique : "Je ne me suis pas encore impliqué dans le design ou les négociations. Quand je le ferai, comme avec l’avion de combat F-35 ou le programme Air Force One, le prix va baisser CONSIDÉRABLEMENT !"

Ce à quoi l'ancien président du Mexique a répondu, en tenant à mettre les choses au clair une énième fois : "Donald, est-il nécessaire de le dire une fois encore? LE MEXIQUE NE DONNERA PAS UN SEUL PESO POUR CELA #Put***demur". 

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Ce n'est pas la première fois que l'ancien chef d'Etat s'en prend à Trump, pastichant son style tout en lettres d'imprimerie.  Le 6 janvier, il écrivait déjà : "TRUMP, quand comprendrez-vous que je ne paye pas pour ce put*** de mur. Soyez clairs avec les contribuables américains. Ils le paieront", s'énervait-il.

Cinq jours plus tard, soit le 11 janvier, alors que Donald Trump donnait sa première conférence de presse depuis son élection, Vicente Fox Quesada balançait : "Après la conférence de presse, il est clair que nous faisons face à une nouvelle ère de dictature avec Donald Trump. Il n'est pas un leader démocratique".  

Lire aussi

Les Mexicains invités à réagir

Ce décret en vue de faire construire un mur à la frontière, censé freiner l'immigration illégale, et l'intention deTrump de le faire financer par Mexico ont poussé l'actuel Président Mexicain Enrique Peña Nieto à annuler sa visite à Washington prévue pour le 31 janvier.

En pleine crise diplomatique entre Mexico et Washington, les Mexicains sont appelés dimanche à manifester contre le président américain. Sous le mot-clé #VibraMéxico (Vibre, Mexique), largement relayé sur les réseaux sociaux, les habitants d’une vingtaine de villes sont invités à défiler à la mi-journée, vêtus de blanc ou arborant le drapeau rouge, blanc et vert du pays. Près de 80 associations civiles, entreprises et universités, sont à l’origine de ce rassemblement.

Lire aussi

En vidéo

Mur entre les Etats-Unis et le Mexique : Donald Trump passe à l’action

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : un homme de 30 ans retrouvé mort, deux personnes toujours recherchées

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

EN DIRECT - Covid-19 : Noël sans jauge, "c'est notre cap, notre objectif", assure Gabriel Attal

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.