Fukushima : les premiers réfugiés peuvent rentrer chez eux

Fukushima : les premiers réfugiés peuvent rentrer chez eux

DirectLCI
JAPON - Le pays a levé un ordre d'exclusion portant sur une zone proche de la centrale nucléaire de Fukushima. Dans les deux années à venir, jusqu'à 30.000 personnes seront autorisées à retourner dans leur logement d'origine.

Presque trois ans après la catastrophe de Fukushima, une centaine de milliers de personnes originaires de la région dévastée ne sont toujours pas rentrées chez elles. Une plaie pansée ce lundi pour 300 d'entre-eux, puisque le Japon a levé l'ordre d'exclusion pour Tamura, une ville située à une vingtaine de kilomètres de la centrale nucléaire.

Dans les deux années à venir, jusqu'à 30.000 personnes seront autorisées à retourner dans leur logement d'origine, qu'elles avaient dû quitter en raison des fortes radiations émanant du site nucléaire dévasté. Selon un responsable du cabinet du Premier ministre, "leurs indemnités liées à la chute de valeur des propriétés et au chômage dans la zone continueront de leur être versées" par le gouvernement et Tepco, l'opérateur de la centrale.

Accidents à répétition

Mais cette opportunité devrait rester lettre morte pour un certain nombre d'entre eux : les anciens résidents des zones évacuées craignent en effet un retour au bercail, certains s'inquiétant pour leur santé en raison des niveaux de radiation résiduels toujours mesurés sur place. En vertu des directives gouvernementales, les zones proches de la centrale Fukushima Daiichi peuvent en effet être déclarées comme de nouveau habitables si une personne y est exposée à une dose radioactive de moins de 20 millisieverts par an. Une radioactivité élevée, si l'on en croit la Commission internationale de protection radiologique (CIPR), qui recommande une exposition moyenne d'un millisievert par an.

Malgré le feu vert des autorités, les Japonais s'inquiètent également des accidents à répétition sur le site nucléaire. Une nouvelle fuite d'eau contaminée a été constatée la semaine dernière, entraînant une situation inédite avec quatre réacteurs très endommagés et l'émission de grandes quantités d'éléments radioactifs dans l'air, les sols et les eaux de la région.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter