Fusillade à Munich : ce que l’on sait du tireur, qui avait préparé son geste "depuis un an"

International

PORTRAIT - La fusillade de Munich serait l’acte "d’un déséquilibré, sans motivation politique", a annoncé la police allemande. L’homme avait préparé son geste "depuis un an" et n'avait pas choisi spécifiquement ses victimes.

Plus déséquilibré que terroriste : le profil du tireur de Munich se précise. Les autorités allemandes ont indiqué ce week-end que la fusillade qui a ensanglanté la ville bavaroise ce vendredi soir était l'acte d'un "forcené" et n'avait rien à avoir avec le djihadisme et l'organisation Etat islamique. Metronews livre quelques éléments de portrait.

Il avait préparé son geste "depuis un an"
L'auteur de la fusillade de Munich avait préparé son geste "depuis un an", a indiqué dimanche 24 juillet la police allemande : "les premières observations aboutissent à la conclusion qu'il s'est intéressé à cet acte" en allant visité la ville et y prendre des photos il y a un an "et qu'il a planifié ensuite son propre acte" de tuerie. Ce jeune de 18 ans, qui a piégé ses victimes sur Facebook, n'a pas choisi spécifiquement ses victimes, a également déclaré Robert Heimberger, le chef de la police bavaroise, lors d'une conférence de presse.

EN SAVOIR + >>  Fusillade de Munich : quand les réseaux sociaux dérapent

Un Munichois sans lien avec les réfugiés ou Daech
Le tireur avait la double nationalité allemande et iranienne. "Il n’a pas de lien avec les réfugiés", avait tenu à préciser la police allemande samedi dans une conférence de presse. L’homme est né et a grandi à Munich. Selon les médias locaux, il vivait avec ses parents, dans un logement social où résident de nombreux étrangers ou Allemands d'origine étrangère. La chambre où logeait le tireur à Munich a été perquisitionnée samedi et "rien n’a été retrouvé qui permet d’établir un lien avec l’Etat islamique", a par ailleurs indiqué la police.

Un homme suivi sur le plan médical et psychologique
"Il semblerait qu’il souffrait d’une dépression. Il aurait été pris en charge sur le plan médical et psychologique", a souligné le procureur de Munich, invitant dans le même temps à se montrer prudent sur les informations selon lesquelles il aurait suivi un traitement psychiatrique.

Sur une courte vidéo amateur largement diffusée sur les réseaux sociaux, et authentifiée par la police, l'auteur de la fusillade a un échange virulent avec riverain, au cours duquel il affirme habiter dans un quartier de gens défavorisés et, de manière énigmatique, affirme : "J'étais en traitement hospitalier".

L'œuvre d'un forcené 
Les enquêteurs, qui ont confirmé que l'homme avait agi seul, penchent alors pour la piste d’un forcené. Des articles et coupures de presse portant sur les opérations de police liées à des attaques du même genre, ont été retrouvés à son domicile.  "Nous partons du principe qu'il s'agit dans cette affaire d'un acte classique d'un forcené" qui a agi manifestement "sans motivation politique", a déclaré à la presse un représentant du parquet de Munich, ajoutant : "il n'y a pas d'autres raisons".

EN SAVOIR + >> Fusillade à Munich : c'est quoi l'"amok", cette folie meurtrière dont aurait été pris le tueur ? 

Lire et commenter