Fusillade à Munich : c'est quoi "l'amok", cette folie sanguinaire qui aurait pris le tireur ?

Fusillade à Munich : c'est quoi "l'amok", cette folie sanguinaire qui aurait pris le tireur ?
International

AMOK - Peu connu en France, le terme "amok" renvoie à un brusque accès de folie meurtrière et solitaire. Alors qu'il est aujourd'hui employé en Allemagne pour qualifier l'acte de l'auteur de la fusillade de Munich, Metronews fait le point sur ce concept.

La fusillade de Munich est une folie meurtrière "amok". Peu employé en France, la presse allemande utilise aujourd'hui ce terme pour désigner le tireur, David Ali Sonboly, un déséquilibré qui a agi seul dans une crise de folie sanguinaire. 

La folie meurtrière d'une seule personne

Originaire de la langue malaisienne, "amok" signifie littéralement la fièvre et par extension une rage incontrôlable d’une personne seule, qui cherche à tuer le plus de monde possible et qui prend fin avec la mise à mort de cet individu. D’après Philosophie Magazine , il s’empare de jeunes hommes ayant subi une humiliation.

L’"amok" a été observé dans des pays asiatiques comme la Malaisie ou les Philippines. Dans les cultures traditionnelles asiatiques, "l’Amok désigne une course effrénée et meurtrière d’un homme possédé par un esprit vengeur", explique l’ethno-psychologue Rebecca Duvillié au Figaro . "Les coureurs d’Amok sont des guerriers humiliés qui n’arrivent pas à leur dessein. L’issue logique est le suicide", ajoute-elle. Une définition qui colle au profil du tireur de Munich.

L’Allemagne, 2e pays le plus touché

Dans les jours qui ont précédé la fusillade, David Ali Sonboly s’était renseigné sur les tueries de masse, et avait suivi de près l’attaque à la hache dans un train en Bavière par un terroriste. Selon la police allemande, il était fasciné par la tuerie opérée en Norvège il y a cinq ans par Anders Breivik. Plusieurs documents en lien avec les tueries de masse ont été retrouvés à son domicile.

EN SAVOIR + >> Fusillade à Munich : le tireur inspiré par Anders Breivik et non par Daech

Le terme "amok" avait déjà été employé en Allemagne, notamment pour désigner les tueries orchestrées dans les écoles. Après le crash de la Germanwings, le pilote Andreas Lubitz, qui avait précipité l’appareil au sol et dont les troubles psychiatriques ont été avérés, avait été surnommé "le pilote amok" par la presse allemande. 

L’Allemagne est le 2e pays le plus frappé, après les Etats-Unis, par le phénomène amok. Selon une étude de l’université de Cologne citée par France Info , quelque 400 actions amok sont recensées chaque année dans le monde.

A LIRE AUSSI >> Ce que l'on sait du tireur de la fusillade de Munich
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent