Tuerie dans un lycée en Floride : par peur du boycott, de grands groupes lâchent la NRA

International
DirectLCI
PRESSIONS - Depuis la tuerie dans un lycée en Floride le 14 février dernier, les manifestations contre le port d'armes se sont multipliées. De nombreuses entreprises proches de la NRA ont également cédé au poids des critiques et annoncé couper leurs liens avec l'association américaine de promotion des armes à feu.

La blessure est vive. A la suite de la fusillade survenue dans un lycée en Floride qui a coûté la vie à 17 personnes le 14 février, les manifestations contre le port d’armes se multiplient aux Etats-Unis. Oprah Winfrey, les époux Clooney, Steven Spielberg ou encore la maison de mode italienne Gucci ont tous promis de soutenir financièrement ce mouvement. 


Dans le même temps, les appels au boycott des entreprises entretenant des liens avec la National Rifle Association (NRA) se font entendre dans tout le pays. Un hashtag #BoycottNRA a même été lancé sur les réseaux sociaux pour mettre sous pression les firmes en question. Certaines d'entre elles ont déjà cédé et décidé de couper leurs liens avec l’association américaine de promotion des armes à feu.

La compagnie aérienne United Airlines a ainsi annoncé qu'elle n'offrirait plus de réductions aux membres du lobby comme elle le faisait à l'occasion de leur assemblée générale annuelle. Deta Airlines en a fait de même ce samedi. Ces défections ne sont pas les premières. 

"Les retours des consommateurs nous ont poussés à revoir notre relation avec la NRA", a indiqué la First National Bank of Omaha sur sa page Twitter. La banque, qui proposait une carte Visa NRA aux membres de l'association, a annoncé jeudi avoir décidé d'arrêter la production de ces CB dès la fin du contrat, qui ne serait pas renouvelé. Sa date de la fin n'a cependant pas été spécifiée par l'établissement.

Emboitant le pas, Enterprise Holdings, qui détient les sociétés de location de voitures Alamo, Enterprise et National, ont aussi indiqué que les réductions offertes aux membres de la NRA prendraient fin le 26 mars prochain. "Nous ne sponsorisons,  ne soutenons ou ne prenons une position politique vis-à-vis d'aucune organisation. Nous revoyons régulièrement nos offres promotionnelles et décidons de celles qui continuent à faire sens pour notre entreprise", tweete ainsi Enterprise.

Une autre société de location de voitures, Hertz, a annoncé sur le même réseau social imiter ses concurrents en ayant "signalé à la NRA mettre fin au programme de promotions accordé aux membres de la NRA".

Et tandis que la compagnie d'assurances MetLife inssurance, la société de sécurité Simplisafe, Avis Budget group et Symantec security software ont elles aussi cédé, Amazon, Apple, Roku et YouTube font face aux appels insistants des internautes d'arrêter la diffusion sur leur service de streaming de la chaîne de télé de la NRA.


"Amazon, coupez vos liens avec NRATV ou je mets fin dans 30 jours à mon abonnement premium et ferait mes achats ailleurs", menace un internaute.

"Cher Amazon, si Netflix peut plaquer Spacey, la star de leurs séries les plus populaires à cause d'allégations sexuelles, vous pouvez sûrement plaquer la NRATV (qui n'est pas House of Cards) quand 17 enfants innocents et des membres du lycée sont abattus dans une école publique", assure une autre utilisatrice de Twitter.

De son côté, le gouverneur républicain de Floride et fidèle partisan du lobby américain des armes à feu, s'est placé en porte-à-faux avec la NRA en appelant vendredi les élus de son Etat à durcir les conditions d'accès pour les jeunes gens et pour les déséquilibrés. Rick Scott compte entre autres proposer l'interdiction de l’achat d’armes aux moins de 21 ans, ce qui aurait empêché Nikolas Cruz, 19 ans, d’acquérir légalement son AR-15 et d’assassiner ses anciens camarades et éducateurs au lycée de Parkland, près de Miami. La NRA, elle, s'oppose à toute limite d'âge en Floride, où une personne doit avoir au moins 21 ans pour acheter une arme de poing mais peut dès 18 ans acquérir un fusil d'assaut.


Malgré le symbole et la rapidité de ces réactions, le contrôle des armes aux Etats-Unis ne risque pas d'évoluer beaucoup dans les années à venir. D'une part, le Second amendement de la Constitution américaine garantit à tout citoyen américain le droit de porter une arme. D'autres part, la NRA, qui compte 4 millions d'adhérents dans le pays, constitue l'un des plus puissants lobbies du pays. Donald Trump, ainsi que de nombreux hommes et femmes politiques et journalistes sont très proches de l'association et n'ont donc aucun intérêt à lui porter atteinte. Dans son dernier rapport sur la mortalité aux Etats-Unis, le Centre fédéral de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a recensé 36.252 morts par arme à feu en 2015, dont 12.979 homicides.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter