Fusillade au Canada : le suspect identifié et inculpé de quatre homicides à Fredericton

DirectLCI
INTERNATIONAL - Ce vendredi, un fusillade a éclaté à Fredericton, dans l'est du Canada. Le bilan est de quatre morts, dont deux policiers. Ce samedi, l'auteur a été formellement identifié et inculpé de quatre homicides.

Situation d'urgence, vendredi 10 août, à Fredericton, dans la province du Nouveau-Brunswick, à l'Est du Canada. Une fusillade a éclaté. Le bilan fait état de quatre morts. Parmi les victimes figurent deux policiers. Le tireur présumé est un habitant de Fredericton âgé de 48 ans, Matthew Vincent Raymond, a révélé la police, sans donner de détails sur ses motivations. L'homme, qui a été blessé et hospitalisé, a été inculpé de quatre homicides avec préméditation. Il restera en détention en attendant sa comparution devant un tribunal le 27 août prochain, a précisé la police de Fredericton dans un communiqué.

Les victimes ont, elles aussi, pu être identifiées. Il s'agit de deux habitants de Fredericton, Bobbie Lee Wright, une femme de 32 ans, et Donald Adam Robichaud, un musicien amateur de 42 ans qui travaillait dans un atelier de réparation automobile et était père de trois enfants, selon la chaîne CTV. Deux noms qui viennent s'ajouter à ceux des deux autres victimes, deux policiers : Lawrence Robert Costello, 45 ans, et sa collègue Sara Mae Burns, 43 ans.

Cette fusillade "a fait au moins quatre morts", avait indiqué la police, vendredi, sans apporter plus de précisions et en conseillant aux habitants du quartier de rester chez eux. Un témoin a cru entendre "une quinzaine de coups de feu", selon CBC. Des témoins interrogés par les télévisions locales ont vu le canon d'une arme sortant de la fenêtre d'un petit immeuble, tirant en direction d'une cour. Les corps de deux policiers gisaient sur le sol, selon ces témoins.

Le quartier de Brookside, proche du centre de cette ville de 60.000 habitants, capitale du Nouveau-Brunswick (est), avait été bouclé pendant plusieurs heures après la fusillade, survenue peu après 7H00 du matin (10H00 GMT) selon des témoins.


 La police avait appelé la population à éviter la zone, un quartier résidentiel,  à ne pas diffuser d'informations susceptibles de préciser la localisation précise de la fusillade. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait immédiatement réagi à cette "terrible" fusillade, en disant suivre la situation "de très près".

Peu avant 10H30 locales, la police a levé le bouclage du quartier. Le suspect arrêté, dont ni l'identité ni les motifs n'ont été précisés, a été grièvement blessé, a ajouté la police sur son compte Twitter. "Nous avons un suspect en détention" et "nous pouvons confirmer qu'il n'y a plus de menace pour le public", a-t-elle encore dit.

Le débat sur les armes à feu relancé ?

Cette fusillade risque de relancer le débat sur le contrôle des armes à feu au Canada, qui avait refait surface dans la foulée de la précédente fusillade de Toronto. En mars dernier, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a durci les conditions pour posséder des armes à feu avec l'augmentation des crimes violents, mais sans s'engager à recréer un système national rendant obligatoire l'enregistrement de toutes les armes.


L'institut officiel de la statistique a récemment conforté les défenseurs du contrôle des armes en publiant des chiffres qui montrent une hausse de la criminalité pour une troisième année consécutive dans le pays en 2017, avec une augmentation de 7% du taux d'homicides, pour un total de 660. En outre, selon Statistique Canada, 7.700 Canadiens ont été victimes d'un crime violent en 2017 impliquant une arme à feu, poursuivant la tendance à la hausse amorcée en 2013.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter