Fusillade dans une mosquée de Québec : le suspect, Alexandre Bissonnette, inculpé pour meurtres avec préméditation

DirectLCI
ATTAQUE - Au lendemain de la fusillade qui a fait 6 morts dans une mosquée au Canada, le principal suspect a été identifié par les autorités comme étant Alexandre Bissonnette, étudiant en sciences politiques de 27 ans. Onze chefs d'accusation pour meurtres et tentatives de meurtres ont été retenus contre lui lundi soir.

Un seul homme est désormais poursuivi après la fusillade qui a fait six morts dimanche 29 janvier dans une mosquée de la ville de Québec. Il s'agit d'Alexandre Bissonnette, un étudiant québécois âgé de 27 ans. Les policiers "considèrent qu'il s'agit d'un loup solitaire" et sont convaincus que personne d'autre n'est impliqué. 


Alexandre Bissonnette avait appelé les services d'urgence, quinze minutes après la fusillade. "Il disait se sentir mal à cause de son geste", a indiqué un inspecteur de la police de Québec. "Ce suspect a rapidement dit aux policiers qu'il avait garé son véhicule à une vingtaine de kilomètres de là et que les policiers pouvaient l'arrêter", a-t-il raconté.  Dans la soirée, il a été inculpé de 11 chefs d'accusation, dont 6 pour meurtre au premier degré et 5 pour tentatives de meurtres.


Un autre homme interpellé, d'origine marocaine, un temps soupçonné et placé sous le statut de témoin, a finalement été relâché, a expliqué un de ses voisins interrogés par l'AFP.  

Un étudiant en science politique

Alexandre Bissonnette, étudiant en sciences politiques à l'Université Laval, est connu pour ses sympathies pour les idées nationalistes. Ses publications sur les réseaux réseaux sociaux et des témoignages de proches recueillis par le Globe and Mail font état de fréquentes prises de positions anti-réfugiés et anti-féministes. Il a également déjà exprimé son soutien à Donald Trump et Marine Le Pen.


"Je suis sans mot devant ces événements cruels. Ce sont des actes odieux que nous condamnons à l'Université Laval. Des actes qui ne devraient se produire nulle part, jamais", a réagi le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, lors du point presse. Le vice-recteur a ajouté n'avoir aucune information quant à l'existence d'un réseau islamophobe actif sur le campus.

Les nationalistes et identitaires prennent leur distance

"C'est avec douleur et colère que nous apprenons l'identité du terroriste Alexandre Bissonnette, malheureusement connu de plusieurs militants à Québec pour ses prises de positions identitaires, pro-Le Pen et anti-féministes à l'université Laval et sur les réseaux sociaux", a dénoncé sur Facebook le collectif Bienvenue aux réfugiés - Ville de Québec.


Très vite, des groupuscules nationalistes québécois ont tenu à se dissocier de ces deux individus. "La violence n'est pas notre solution", a indiqué ce lundi la Fédération des Québécois de souche (FQS), un groupe s'affichant comme "nationaliste". Un mouvement qui affirme ne pas être "extrémiste" mais qui placarde sur ses affiches ce genre de slogan : "Face à l'islamisation, arrêt complet de l'immigration".

   

Atalante Québec, un autre mouvement qui prône "la renaissance identitaire au Québec", a repris le même communiqué que la FQS en assurant partager "à 100% le message". Les deux organismes se sont empressées de "dénoncer fermement" un acte que seules "des personnes profondément dérangées" peuvent perpétrer.


De son côté, La Meute a "condamné tout acte de violence envers qui que ce soit" en soulignant que "le Québec est une société non violente". Ce groupe identitaire, qui revendique près de 3000 membres, affirme protéger les valeurs et les fondements de la nation "afin que l'avenir de nos enfants ne se retrouve pas entre les mains de l'islam radical pro-charia".


Régulièrement fustigé par ces groupes nationalistes, le Premier ministre Justin Trudeau a rappelé dimanche 29 janvier que "la tolérance religieuse est une valeur [...] chère" aux Canadiens. "Les musulmans canadiens constituent un élément important de notre tissu national", a-t-il ajouté.

En vidéo

Québec : 6 morts dans un attentat visant une mosquée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter