Fusillade de Bruxelles : la Belgique traque le meurtrier

International
DirectLCI
RECHERCHES - La Belgique est sous le choc après l'attaque samedi d'un musée juif ayant fait quatre morts. Les autorités belges ont diffusé dimanche trois vidéos du suspect.

Sur les extraits de vidéo de caméras de surveillance, on le voit tirer à plusieurs reprises avec une kalachnikov sortie d'un sac noir. L'homme qui a tué quatre personnes dans le hall du musée juif de Bruxelles samedi soir était toujours en fuite 24 heures après le drame. Après la fusillade, il s'était envolé à bord d'une voiture garée en double file à hauteur de l'entrée du musée, rapporte La Libre Belgique

La police du pays s'est  lancée dans une véritable traque pour le retrouver. Elle a diffusé dimanche trois vidéos de la scène dans l'espoir de rattraper un suspect qu'elle décrit dans un appel à témoins diffusé sur son site  comme "de corpulence moyenne", "athlétique", "se déplaçant avec souplesse" et portant des lunettes et une casquette. Un premier homme avait été interpellé samedi soir avant d'être relâché, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

"L'empêcher de sévir"

"La priorité des priorités est de retrouver cet homme. On doit l'arrêter et l'empêcher de sévir", a déclaré la ministre de l'Intérieur belge Joëlle Milquet. "Il faut rassurer les personnes de la communauté juive", a-t-elle ajouté, après avoir renforcé au niveau 4, le plus élevé, la sécurité des synagogues, des écoles et des centres culturels juifs.

Un couple de touristes israéliens de Tel-Aviv d'une cinquantaine d'années et une Française probablement bénévole au Musée, selon les informations données par l'établissement, ont été tués dans l'attentat. Le réceptionniste du musée, âgé d'une vingtaine d'années, a quant à lui succombé à ses blessures dimanche.

Cette fusillade fait ressurgir le spectre de l'antisémitisme en Europe. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé qu'elle était le résultat de "l'incitation à la haine permanente" contre les Juifs et contre Israël. François Hollande a quant à lui estimé que le "caractère antisémite" de l'attaque "ne faisait pas de doute".
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter