Fusillade de San Bernardino : Tashfeen Malik, retour sur une lente radicalisation

International
DirectLCI
PORTRAIT - La femme qui a tué avec son mari 14 personnes aux Etats-Unis la semaine dernière avait fréquenté l'une des écoles coraniques les plus connues du Pakistan, a indiqué ce lundi une enseignante. Retour sur son parcours avant la tragédie de San Bernardino.

Selon ses voisins, Tashfeen Malik avait tout d’une "femme au foyer typique". Pourtant, tout porte à croire que c’est à son domicile de San Bernardino que cette Pakistanaise de 29 ans a décidé de passer à l’acte avec son mari. Mercredi dernier, le couple a en effet tué 14 personnes, avant d’être abattu par la police. La fin d’une lente radicalisation, qui aurait débuté au Pakistan il y a plusieurs années.

Née au Pakistan, la jeune femme a été élevée en Arabie saoudite avant de retourner chez elle pour des études de pharmacie, de 2007 à 2012. Un cursus en parallèle duquel elle s’inscrit à l'Institut al-Huda, un établissement pour les femmes de classe moyenne cherchant à approfondir leur foi musulmane, sans lien connu avec des organisations extrémistes.

A LIRE AUSSI >>  Fusillade en Californie : le tireur approuvait l'idéologie de Daech et était obsédé par Israël

Pélerinage à la Mecque

"C'était un cursus de deux ans, mais elle ne l'a pas terminé", a témoigné ce lundi une enseignante qui a eu Tashfeen Malik comme étudiante. "C'était une fille bien. Je ne sais pas pourquoi elle est partie ni ce qui lui est arrivé". Selon deux anciennes camarades d'université, Tashfeen Malik se rendait à la madrasa (école coranique, ndlr) après les cours, et elle a "énormément changé" pendant cette période. "Petit à petit, elle est devenue plus sérieuse et plus stricte", a indiqué une ancienne étudiante sous couvert d'anonymat.

A la fin de ses études, Tashfeen rentre en Arabie Saoudite où elle fait la connaissance de Syed Farrok, un Américain de 28 ans, via un site de rencontres. Le couple aurait effectué un pèlerinage à La Mecque à l'été 2014 au cours duquel ils se seraient mariés. La jeune femme part ensuite aux Etats-Unis avec un visa K-1 réservé aux étrangers fiancés à un ressortissant américain, ce qui permet de s'y marier sous 90 jours.

A LIRE AUSSI >>  Daech attribue l'attaque de San Bernardino à ses "partisans"

"Ses beaux-frères n'avait jamais vu son visage"

Ce sera chose faite à San Bernardino, où le couple s’installe. Syed, lui, est employé du service de santé de la ville. Sa femme reste au domicile et s’occupe de leur bébé, né en juillet dernier. En apparence seulement. "Elle avait choisi, volontairement, de ne pas conduire, a expliqué après la fusillade l’un de ses avocats. C'était une personne très introvertie, elle préférait la solitude. Elle était très conservatrice, et en fait, les frères de son mari n'ont jamais vu son visage, car elle portait une burqa."

Si "rien ne montre à ce stade que les tueurs faisaient partie d'une cellule terroriste", comme l’a expliqué le directeur de la police fédérale, tout porte à croire que le couple avait prémédité son acte. Un véritable arsenal de guerre avait en effet été accumulé : plusieurs armes, plus de 6 500 munitions, ou encore une douzaine d’engins explosifs. Tashfeen aurait attendu le dernier moment pour révéler ses intentions. Après la tuerie, les enquêteurs ont retrouvé une publication sur Facebook dans laquelle elle prête allégeance au chef de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi.

SUR LE MÊME SUJET >>  Fusillade de San Bernardino : l'appartement des tireurs fouillé en direct par les médias américains

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter