Fusillade en Floride : un coach et un professeur sont morts en héros en protégeant leurs élèves

DirectLCI
ÉTATS-UNIS - Aaron Feis et Scott Beigel sont morts mercredi. Leurs vies ont été fauchées lorsque Nikolas Cruz a fait irruption dans le lycée Marjory Stoneman Douglas, à Parkland (Floride) et tué 17 personnes à l'arme automatique.

Parmi les 17 victimes de la fusillade qui a endeuillé le lycée Marjory Stoneman Douglas, à Parkland en Floride, certaines se sont illustrées par leur comportement exemplaire. C’est le cas d'Aaron Feis et Scott Beigel, deux membres du personnel, qui sont morts en cherchant à protéger leurs élèves.


Aaron Feis jouait dans l'équipe de football de Stoneman Douglas avant d'en sortir diplômé en 1999. Il y était revenu trois ans plus tard pour devenir entraîneur adjoint de l'équipe du lycée, et aussi garde de sécurité. Aaron Feis, marié et père d'une fille, avait été le premier à répondre à l'alerte lorsque la fusillade a commencé. Il est mort sous les balles du tueur, alors qu'il essayait de protéger de jeunes élèves. "Des étudiants m’ont dit qu’ils l’ont vu sauter pour se mettre entre le tireur et des enfants", a déclaré l’entraîneur William May au Miami Herald.  "J'ai entraîné avec lui. Mes deux garçons ont joué dans son équipe, a dit le shérif du comté de Broward. Les jeunes l'aimaient, ils l'adoraient".

"M. Beigel était mon héros et pour toujours il sera mon héros"

Scott Beigel a lui aussi été fauché lorsque Nikolas Cruz a fait irruption dans le lycée Marjory Stoneman Douglas et tué 17 personnes à l'arme automatique. Scott a fait entrer des élèves dans sa classe lorsque la fusillade a commencé. Puis le professeur de géographie de 35 ans a bloqué la porte de la salle de l'extérieur pour les mettre en sécurité. C'est là qu'il a lui-même été abattu. "M. Beigel était mon héros et pour toujours il sera mon héros. C'est grâce à lui qu'aujourd'hui, je suis en vie", a confié Kelsey Friend à une télévision américaine.


Nikolas Cruz, lui, a comparu jeudi en combinaison orange de prisonnier, tête baissée face à la juge qui lui a signifié son maintien en détention sans possibilité de libération sous caution. Depuis, des détails émergent sur sa personnalité : l'Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l'antisémitisme, a affirmé qu'il prenait part régulièrement à des réunions de la "République de Floride", un groupuscule prônant la supériorité de la race blanche avec lequel il aurait participé à des entraînements paramilitaires. 

La police fédérale (FBI) a reconnu avoir été alertée en septembre à propos d'un commentaire laissé sur Youtube par un utilisateur du même nom que le tireur : "Je vais devenir tireur professionnel dans les écoles". Des vérifications ont été faites mais elles n'ont pas permis d'identifier son auteur, a expliqué jeudi l'agent fédéral Rob Lasky.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter