Gambie : le fils du président-élu dévoré par des chiens avant une prestation de serment confuse

International

AFRIQUE - Un jeune fils du président-élu gambien Adama Barrow est décédé à la suite de morsure de chiens. Un drame qui pèse sur la prestation de serment de son père, programmée ce jeudi au Sénégal, où il s'est réfugié en raison de la confusion dans son pays.

Quand le drame s'ajoute au flou. Depuis le 1er décembre, la Gambie a deux présidents : Yahya Jammeh, arrivé au pouvoir en 1994 mais qui s'y accroche après sa défaite à la présidentielle face à Adama Barrow. Soutenu par la communauté internationale, qui brandit la possibilité d'une intervention militaire, Adama Barrow a décidé de prêter serment ce jeudi. Une prestation sous le signe du deuil, son fils ayant été dévoré dimanche par des chiens.

Un décès qui s'est déroulé à Banju, la capitale de la Gambie en proie aux tensions entre les partisans des deux camps. Selon Le Monde, Adama Barrow aurait demandé la semaine dernière à sa famille de se cacher en lieu sûr, à l'heure où son investiture était compromise par l'obstination de Yahya Jammeh. Les cinq enfants du président-élu sont ainsi mis sous la protection d'une tante, qui décide de les séparer. L'un des fils, Habib, se retrouve placé chez son beau-père, un homme d'affaires qui possède des chiens dangereux, précise le quotidien.

En vidéo

Défaite de l'autocrate Yahya Jammeh en Gambie : quand l'impossible devient possible

"Les pitbulls se sont attaqués à lui"

Des chiens qui n'auraient pas été attachés dimanche après-midi, au moment où l'homme d'affaires quitte les lieux, laissant l'enfant de huit ans seul avec la femme de ménage, selon le récit d'une voisine. "Quelques minutes plus tard, quelqu’un a sonné à la porte et le jeune Barrow est allé ouvrir. C’est là que les pitbulls se sont attaqués à lui, causant l’irréparable", a précisé cette dernière au Monde. Depuis, ce drame alimente la rumeur à Banju, où  peu d'habitants se hasardent dans les rues. De nombreux militaires patrouillent, sans que leur allégeance à l'un ou l'autre camp apparaisse clairement. Une incertitude qui a poussé Adama Barrow à prêter serment ce jeudi depuis Dakar, au Sénégal, où il est réfugié. 

Parallèlement, le Conseil de sécurité de l'ONU examine un projet de résolution présenté par le Sénégal pour soutenir une éventuelle intervention militaire des pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Objectif : assurer la transition et permettre à Adama Barrow de s'installer à la présidence. Des troupes de plusieurs pays de la Cédéao - dont le Sénégal, unique voisin terrestre de la Gambie, et le Nigeria, poids lourd régional - se tiennent d'ailleurs prêtes à intervenir.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter