Gaz lacrymogènes et coups de feu tirés : le récit de l’irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole

Armes dégainées en plein Capitole, drapeau confédéré brandi dans les couloirs, pieds sur le bureau de la speaker Nancy Pelosi… L’envahissement du Capitole par des militants pro-Trump a donné lieu à des scènes à peine croyables.

RÉCIT - Contestant la défaite de Donald Trump, certains de ses partisans ont fait irruption dans l’enceinte du Capitole ce mercredi. Un événement sans précédent, à douze jours de la prestation de serment du président élu Joe Biden.

C’est une séance qui devait s’achever sans grande surprise par l’officialisation de la victoire de Joe Biden. Elle a finalement été suspendue avec fracas ce mercredi 6 janvier, après l’irruption de manifestants pro-Trump dans l’enceinte du Capitole, le siège à Washington de la Chambre des Représentants et du Sénat. 

Peu de temps avant, à la tribune, Donald Trump enjoignait la foule face à lui de "marcher vers le Capitole" pour faire pression sur les élus républicains et demandait à son vice-président Mike Pence de ne pas entériner la victoire de son adversaire démocrate. Voici le récit de cette intrusion sans précédent. 

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

Vers 14h heure locale, les manifestants, prêts à tout pour accéder à l’intérieur du bâtiment, forcent donc le passage en brisant des fenêtres, en fracturant les portes principales et en escaladant le long de la façade pour investir les terrasses du Capitole. 

Une intrusion survenue une demi-heure après que la session du Congrès a débuté et que Mike Pence, actuel vice-président de Donald Trump, a annoncé qu'il ne s’opposera pas à la certification de la victoire de Joe Biden, en vertu de la Constitution. Cette invasion conduit une vingtaine de minutes plus tard à l’évacuation du Congrès, notamment des deux chambres, mais aussi de certains bâtiments aux alentours.

Les supporters pro-Trump, pour beaucoup affublés de casquettes rouges, investissent donc la Rotonde du Capitole mais aussi les deux chambres, malgré les tentatives des policiers de leur bloquer le passage, leurs armes pointées sur eux. "On reprend la Chambre (…), elle est à nous", confie un manifestant à l’AFP, sur place. 

Une poignée de manifestants pénètrent également dans le bureau de Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des Représentants. Dans les couloirs du Capitole, noyés sous les effluves des gaz lacrymogènes, l’ambiance relativement pacifique cède vite la place à des scènes de chaos, marquées par des altercations entre manifestants et policiers et des coups de feu tirés. 

Une femme, grièvement blessée par une balle logée dans son épaule, est évacuée sur un brancard, selon plusieurs médias américains. Des militaires de la Garde nationale sont alors appelés en renfort, la mairie de Washington craignant le pire malgré l’instauration d’un couvre-feu à 18h (23h GMT).

Mais à l’extérieur, aux abords du Capitole, l’ambiance n’est pas plus apaisée avec des policiers ayant beaucoup de mal à contenir une foule survoltée. Les forces de l'ordre font notamment usage de gaz lacrymogènes pour tenter d'évacuer des partisans de Trump de la scène installée pour la prestation de serment de Joe Biden, le 20 janvier prochain. D'autres décident de prendre à parti des journalistes présents, comme ceux de l'agence Associated Press (AP) qui voient leur matériel saccagé au sol. 

Très vite, Donald Trump se voit contraint de rétropédaler et d’appeler au calme dans un premier tweet, posté environ une heure après le début des événements, puis dans un second, où il demande aux manifestants : "Rentrez chez vous. Le résultat de l’élection est frauduleux mais nous devons retrouver la paix". Le bâtiment est progressivement évacué avant d'être finalement sécurisé, plusieurs heures après le début d'un long débordement.

Découvrez notre podcast "Far West"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Plongez dans le Far West de la politique américaine.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 3000 malades en réanimation à nouveau franchi ce lundi

Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer sur LCI

Lire et commenter