Gaza : la mort "mystérieuse" de deux policiers palestiniens

International

TENSIONS - Le ministère de l’Intérieur de Gaza, territoire palestinien situé au sud-ouest d’Israël, a annoncé mardi 27 août la mort de deux policiers palestiniens suite à deux explosions visant des checkpoints. Or, les autorités de Gaza n’ont pas précisé la nature des explosions et Israël a indiqué n’avoir mené aucun raid aérien dans cette région dans la nuit de mardi à mercredi…

L’état d’alerte a été déclenché dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 août, sur le territoire de la bande de Gaza, sous le contrôle de l'Autorité palestinienne. Les autorités gazaouites ont pris cette décision suite à la mort de deux policiers, consécutive à deux explosions dont l’origine paraît difficile à déterminer dans cette enclave contrôlée par le Hamas et qui compte deux millions d’habitants sur 365km². 

Aucune frappe selon des témoins

En revanche, le ministère de l’Intérieur de Gaza n’a pas précisé quelle était l’origine des deux explosions qui ont coûté la vie aux deux policiers palestiniens. Pourtant, les regards se sont immédiatement tournés vers Israël alors que les tensions se font plus vives depuis la mi-août. Or, l’armée israélienne, qui avait procédé à un bombardement sur un poste militaire du Hamas dans l’après-midi à Gaza suite à un tir d’obus vers Israël, a certifié n’avoir effectué aucun raid aérien vers le territoire gazaoui mardi soir. Une situation confirmée par des témoins à l’Agence France Presse, ceux-ci indiquant n’avoir assisté à aucune frappe aérienne.

Lire aussi

La montée des tensions ces dernières semaines, Israël les impute au Hamas qui, selon Tel-Aviv, ne fait pas le maximum pour contenir l’influence de son allié du Jihad Islamique, proche de l’Iran et ennemi d’Israël. Dès lors, le silence des autorités de Gaza sur l’origine des explosions qui ont coûté la vie aux deux policiers alimente les spéculations sur d’éventuelles tensions entre le Hamas et le Jihad Islamique. Des tensions multiples qui aujourd’hui font craindre une escalade à l'approche des élections législatives israéliennes du 17 septembre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter