Gaza : les tunnels, la cible numéro 1 de l'armée israélienne

International

CONFLIT – Alors que l'opération militaire terrestre lancée jeudi dans la bande de Gaza par l'armée israélienne se poursuit, le Premier ministre Benyamin Netanyahou s'est dit prêt ce vendredi à l'"élargir" pour "frapper" les tunnels du Hamas. Focus sur ces souterrains qui refont surface.

Le message est clair. "L'opération terrestre lancée par nos forces jeudi soir vise à frapper les tunnels de la terreur allant de Gaza jusqu'en Israël", a déclaré ce vendredi le Premier ministre d'Israël Benyamin Netanyahou. Ces zones souterraines creusées sous la bande de Gaza vers Israël sont au cœur du conflit entre Israël et le Hamas. Eclairage sur ces tunnels qui remplissent plusieurs rôles.

Où se situent les tunnels, depuis quand existent-ils et qui les gèrent ?

Au pouvoir à Gaza depuis 2007, le Hamas a construit des dizaines de tunnels dans l'enclave de la bande de Gaza. Ils ont dans un premier temps été construits au sud de Gaza, à la frontière égyptienne. Le mouvement islamiste palestinien perçoit une taxe sur les produits circulant dans ces souterrains longs de plusieurs centaines de mètres, jusqu'à 2 km. Certains sont enfouis à plus de 20 mètres sous terre. Ils sont parfois bâtis en dur et certains sont reliés à l'électricité et au téléphone.

L'armée égyptienne a toutefois détruit ces deux dernières années une grande partie du réseau de tunnels en les inondant, même si certains ont depuis été remis en état. Il est impossible de savoir leur nombre exact mais ils seraient au moins plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines.

A quoi servent-ils ?

Les tunnels sont utilisés depuis des années pour faire entrer des biens en contrebande à Gaza. Ce sont notamment du gravier, du ciment, du carburant, des boîtes de conserve... Les galeries souterraines sont les principales routes commerciales entre la bande de Gaza et le reste du monde. A leur construction, elles ont servi de courroies d'approvisionnements pour contourner le double blocus israélien et égyptien, respectivement à partir de 2006 et de 2007.

Environ 30 % des biens importés atteignant ce territoire enclavé le sont via des tunnels. Selon l'ONG internationale Crisis Group, entre 500 et 700 millions de dollars de produits circulent par les tunnels chaque année. Plusieurs familles influentes les contrôlent et tirent profit à chaque fois qu'une personne ou qu'une marchandise les traversent. Il en coûte environ 25 dollars pour faire passer un clandestin et environ 500 dollars pour une voiture.

C'est par ailleurs via un souterrain que le caporal Gilad Shalit avait été transféré jusqu'à Gaza après avoir été enlevé en 2006 dans le sud israélien par un commando du Hamas.

Pourquoi sont-ils visés par l'armée israélienne ?

Initialement destiné à la contrebande de marchandises, le réseau de tunnels a rapidement pris une dimension militaire, servant au transport des armes, à l'assemblage de lance-roquettes, à relier des sites sensibles ou encore à pénétrer en Israël.

Les autorités israéliennes ont déclaré ce jeudi avoir déjoué une infiltration d'un commando du Hamas composé de 13 personnes à partir de l'un de ces tunnels. D'où la priorité pour l'armée israélienne de s'attaquer à cette cible numéro 1.

Lire et commenter