Gaza : un Palestinien tué lors d'affrontements avec l'armée israélienne, le treizième depuis le 6 décembre

Gaza : un Palestinien tué lors d'affrontements avec l'armée israélienne, le treizième depuis le 6 décembre

DirectLCI
TENSIONS - Ce samedi, un jeune homme est mort après avoir été blessé par les forces israéliennes lors d'affrontements dans la bande de Gaza. C'est la treizième victime du côté palestinien depuis le 6 décembre.

Depuis l’annonce par Donald Trump que les Etats-Unis reconnaissaient Jérusalem comme la capitale d’Israël, les tensions entre Palestiniens et Israéliens sont très fortes. Ce samedi 30 décembre, un Palestinien de 20 ans est décédé de ses blessures après avoir été blessé lors de heurts avec les forces de sécurité israélienne dans la bande de Gaza hier.

Tirs à balles réelles

Selon le porte-parole du service des secours dans l'enclave palestinienne, Achraf al-Qoudra, le jeune homme avait été grièvement blessé par des tirs israéliens à balles réelles vendredi à la frontière avec Israël.


Les affrontements de vendredi entre Palestiniens et forces israéliennes ont fait une cinquantaine de blessés à Gaza selon les autorités du Hamas au pouvoir dans l'enclave, et une quinzaine en Cisjordanie occupée, selon le ministère palestinien de la Santé. Vendredi également, trois roquettes ont été tirées de la bande de Gaza. Deux ont été interceptées par le système de défense aérienne israélien et la troisième est tombée sans faire de victime du côté israélien de la frontière. En réponse, Israël a bombardé deux positions du Hamas, sans faire de victime. L'Etat hébreu tient le mouvement islamiste responsable des tirs de roquette provenant de l'enclave palestinienne.

La mort de ce jeune homme porte à 13 le nombre de Palestiniens tués depuis l'annonce le 6 décembre par le président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Onze ont été tués dans des heurts et deux par une frappe aérienne israélienne à Gaza. 


La décision du président milliardaire a provoqué la colère des Palestiniens et une vague d’indignation dans le monde. De son côté, Israël, par la voie de son Premier ministre Benjamin Netanyahu, avait salué une "décision historique".

Plus d'articles

Sur le même sujet