Génocide rwandais : BNP Paribas accusée d'avoir participé au financement d'un achat illégal d'armes

Génocide rwandais : BNP Paribas accusée d'avoir participé au financement d'un achat illégal d'armes

RWANDA - Trois associations ont déposé plainte contre BNP Paribas pour "complicité de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre" au Rwanda. Elles affirment que la banque a permis un achat illégal d'armes en sachant qu'il servirait à perpétrer des massacres. La banque explique "ne pas disposer pour le moment des éléments suffisants pour répondre à ce dépôt de plainte".

Vingt-trois ans après les faits, les accusations continuent. Trois associations ont déposé plainte récemment, avec constitution de partie civile, contre BNP Paribas pour "complicité de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre". L'information est révélée ce jeudi sur France Inter.

"Selon cette plainte des associations Sherpa, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda et Ibuka, la banque aurait contribué au financement d’un achat illégal d’armes à destination du Rwanda, alors en plein génocide, en juin 1994, Et cela, malgré un embargo sur les armes voté par l’Onu", indiquent nos confrères.  Entre avril et juillet 1994, le génocide des Tutsis et des Hutus modérés a fait près d’un million de morts.

Lire aussi

Selon les ONG, la banque savait qu'un transfert d'argent était destiné à l'achat d'armes

Cette plainte est une première du genre en France et c’est une vente d’armes bien précise qui est visée. "À la mi-juin 1994, 80 tonnes d’armes sont livrées depuis Les Seychelles jusqu’à Goma, au Zaïre, à proximité de la frontière rwandaise. Deux rotations par avion sont organisées dans la nuit du 16 au 17 juin et dans la nuit du 17 au 18 juin 1994, à Goma, dont l’aéroport est alors contrôlé par la France, indique France Inter. Ces armes proviennent d’une saisie effectuée par le gouvernement seychellois sur un bateau, arraisonné en mars 1993. Elles auraient ensuite été transférées par la route aux Forces armées rwandaises (FAR), au Rwanda qui participent alors au génocide". 

Quel aurait été le rôle de la BNP ? D'après les ONG, elle aurait été "la seule banque à répondre par l’affirmative et à débloquer les fonds suffisants pour l’achat d’armes par le gouvernement rwandais" lors de cette livraison. "Selon les témoignages et les rapports en notre possession, la BNP aurait été la seule institution financière à accepter de transférer 1, 3 millions de dollars depuis le compte de la Banque nationale du Rwanda, en plein embargo des Nations Unies, sur un compte suisse d’un courtier d’armes sud-africain", affirme Marie-Laure Guislain, responsable du contentieux à Sherpa. "D’après les éléments dont nous disposons, la BNP aurait eu nécessairement connaissance que ce transfert de fonds allait contribuer à l’achat d’armes et au génocide."

Lire aussi

Pas de réponse de la BNP pour l'instant

Contactée,  "BNP Paribas déclare ne pas disposer pour le moment des éléments suffisants pour répondre à ce dépôt de plainte", précise France Inter

En vidéo

ARCHIVES - En 2014, le Rwanda a accusé la France de complicité lors du génocide de 1994

Il y a deux jours, la Revue XXI livrait de nouveaux éléments sur le génocide. Patrick de Saint-Exupéry y reprend en effet la plume "pour asséner une vérité stupéfiante" selon laquelle la France aurait "réarmé les assassins en toute connaissance de cause".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination obligatoire n'est "pas le choix de la France", assure Olivier Véran

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.