Reçue par Joe Biden, la famille de George Floyd appelle à "protéger les personnes de couleur"

Philonise Floyd, le frère de George Floyd, s'entretient avec d'autres membres de la famille et des avocats devant la Maison Blanche après avoir rencontré le président américain Joe Biden à Washington, DC, le 25 mai 2021.

VIOLENCES POLICIÈRES - Un an après la mort de George Floyd sous le genou d'un policier blanc, la famille du quadragénaire afro-américain a été reçue par le président américain Joe Biden, ce mardi.

La rencontre s'est déroulée à l'abri des regards, mais elle n'en était pas moins importante. Ce mardi, le locataire de la Maison Blanche, Joe Biden, s'est entretenu avec les proches de George Floyd, un quadragénaire afro-américain mort lors d'une arrestation par quatre policiers à Minneapolis, il y a pile un an. "Un sinistre anniversaire", écrit le Washington Post. Lors de ce rendez-vous, les proches de la victime ont appelé le Congrès américain à "protéger les personnes de couleur" en votant une loi de réforme de la police. "Si vous pouvez faire une loi fédérale pour protéger un oiseau, le pygargue à tête blanche, vous pouvez faire une loi fédérale pour protéger les personnes de couleur", a lancé l'un de ses frères, Philonise Floyd, en référence à l'aigle mascotte des Etats-Unis.

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Mais au-delà du symbole, que faut-il retenir de cette rencontre avec Joe Biden et sa vice-présidente, Kamala Harris ? Elle a été "très constructive", a déclaré un autre de ses frères, Terrence Floyd. Pour conclure cette visite historique, la famille a levé le poing et scandé le nom de George Floyd. Alors que sa supplique ("Je ne peux plus respirer") s'est transformée en cri de ralliement contre les abus des forces de l'ordre, le policier, Derek Chauvin, qui s'était agenouillé sur son cou pendant près de dix minutes, a été reconnu coupable de meurtre. Sa peine sera annoncée le 25 juin.

Le "courage extraordinaire" de la famille Floyd

De son côté, Joe Biden a salué le "courage extraordinaire" des proches de George Floyd, devenus les porte-voix de la lutte contre les abus policiers. Reprenant les mots de la fille de George Floyd, Gianna, qui répète que son père "a changé le monde", président américain a assuré : "Il l'a fait". La famille Floyd avait auparavant rencontré au Capitole la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. 

Mais un an après la mort de George Floyd, qu'est-ce qui a changé ? Des réformes portant sur les interventions de la police existent dans une trentaine d’États selon The New York Times. La plupart des États et des villes qui adoptent ces lois sont dirigés par des démocrates, mais pas tous. Le Kentucky, l'Indiana et l'Iowa l'ont fait aussi. Si des progrès sont à noter,  aucune législation n’a pour le moment été votée au niveau fédéral. Pourtant, Joe Biden avait appelé les élus à adopter le "George Floyd Justice in Policing Act" d'ici au premier anniversaire de sa mort. Mais il est toujours en débat au Sénat. 

Lire aussi

Le texte voté en mars par la Chambre des représentants prévoit notamment l'interdiction des prises d'étranglement et vise à limiter la large immunité ("immunité qualifiée") dont jouissent les policiers américains. Cette modification est le point dur de la négociation, les républicains se posant en défenseurs des protections légales des forces de l'ordre. "Le calendrier pour le vote de la loi ne sera pas tenu", a reconnu la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, tout en soulignant que Joe Biden se félicitait des progrès en cours. 

Élu sur une image d'homme de dialogue, capable de trouver des compromis avec les républicains, Joe Biden, qui fut longtemps sénateur, sait qu'il joue une importante partie de son capital politique sur ce dossier. 

La politique américaine vous intéresse ? Alors découvrez notre podcast "Far West"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Après une campagne électrique et la défaite de Trump, plongez dans l’ère Biden avec Magali Barthès, spécialiste des questions internationales sur LCI et ses invités.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass sanitaire, terrasses, obligation vaccinale... Ce que prévoit le projet de loi adopté par le Parlement

EN DIRECT - Pass sanitaire : le Conseil d'État ne suspend pas son extension dans les lieux de culture et loisirs

Restaurants, terrasses, trains, cinémas... Où le pass sanitaire sera-t-il obligatoire ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

"Notre patrimoine génétique est tranquille", les explications du Pr Salomon sur les vaccins à ARN messager

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.