Gilets jaunes et LBD : le Parlement européen condamne "le recours disproportionné à la force"

International

SUJET SENSIBLE - Jeudi 14 décembre, le débat sur l'usage des LBD, qui ont causé de nombreux dommages ces dernières semaines lors des manifestants des Gilets jaunes, a fait son apparition au Parlement européen. Les députés européens ont notamment "dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques".

C'est un sujet qui a fait débat ces dernières semaines en marge des mobilisations des Gilets jaunes partout en France. Ce jeudi, les députés européens ont condamné l'usage "disproportionné" de la force par la police dans les manifestations, notamment celui du LBD, qui a notamment blessé gravement à l’œil une des figures du mouvement Jérôme Rodrigues, et qui a fait l'objet de nombreuses discussions récemment, le Conseil d'Etat refusant notamment de suspendre son usage.

Lire aussi

Dans cette résolution, votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, les députés ont "dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques". Pour autant, le texte ne cible pas un Etat membre en particulier mais a donné lieu en préambule dans l'hémicycle strasbourgeois à un débat animé auquel ont pris part plusieurs eurodéputés français.

Ce débat houleux avait été demandé par l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), les Verts et la GUE (Gauche unitaire européenne), et a vu la situation en France avec les manifestations des "gilets jaunes" en occuper une grande partie, tout en mentionnant d'autres pays tels que la Roumanie, l'Espagne, la Hongrie ou encore la Grèce. L'élu des Républicains Renaud Muselier, à l'origine du cagnotte en soutien aux forces de police blessées pendant le mouvement, a comparé le président Emmanuel Macron à "Jupiter revenu sur terre", lui reprochant des concessions aux Gilets jaunes, "au détriment des règles budgétaires européennes".

Voir aussi

Yannick Jadot dénonce un "usage sans limite" du LBD

Concernant le LBD en particulier, c'est l'écologiste Yannick Jadot qui a pointé du doigt son usage pendant les manifestations des Gilets jaunes : "Il n'y a qu'en France, en Pologne et en Grèce qu'il y a un usage sans limite de ces instruments qui (...), selon les équipes médicales, causent des blessures de guerre." "Je m'inquiète pour mon pays, je m'inquiète pour les libertés en France et je m'inquiète du basculement autoritaire du président Macron", a déclaré Younous Omarjee, de La France Insoumise, quand Florian Philippot, président des Patriotes, a dénoncé, la main sur l’œil et vêtu d'un gilet jaune, "un pouvoir aux abois (qui) donne des ordres délirants, irresponsables, insensés contre sa propre population".

A l'issue du vote, le groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL) a regretté que les eurodéputés n'aient pas appelé à l'interdiction des LBD. Pour les eurodéputés français de Génération.s (groupe S&D), "le président de la République française doit entendre l'alerte du Parlement européen et revoir sa politique de maintien de l'ordre, qui conduit à une surenchère de violence". Du côté du ministère de l'Intérieur français, l'heure est encore au statu quo. Régulièrement interrogé sur le sujet, Christophe Castaner, qui a dans un premier temps nié la réalité des violences policières et relativisé la dangerosité des lanceurs de balle de défense, a réitéré sa positioin ce jeudi : "Dans un contexte d'émeutes urbaines, les policiers et les gendarmes ont le droit de se protéger [...] ce sont des armes de défense".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter