Grande-Bretagne : une "petite bouteille" de Novitchok retrouvée au domicile du couple victime de ce poison

Grande-Bretagne : une "petite bouteille" de Novitchok retrouvée au domicile du couple victime de ce poison

DirectLCI
RÉVÉLATIONS - La police britannique a annoncé ce vendredi avoir trouvé une "petite bouteille" contenant du Novitchok, cet agent innervant qui a empoisonné fin juin un couple à Amsbury, dans le sud-est de l'Angleterre, ainsi que l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille il y a quatre mois.

La police britannique cherchait depuis plusieurs jours la source de l'empoisonnement du couple d'Amsbury. Elle a annoncé ce vendredi avoir trouvé une "petite bouteille" contenant du Novitchok, l'agent innervant qui a empoisonné fin juin ces deux Britanniques dans le sud-est de l'Angleterre. Cette bouteille a été retrouvée au domicile d'une des deux victimes, Charlie Rowley - les autorités ont annoncé qu'il n'était plus dans un état critique ce mercredi, trois jours après la mort de sa compagne Dawn Sturgess -, et les tests ont bel et bien confirmé qu'elle contenait du Novitchok, a indiqué Scotland Yard dans un communiqué.


Cet incident s'était déroulé à quelques kilomètres du lieu où l’ex-espion russe Sergueï Skripal avait été victime d’une tentative d’empoisonnement en mars dernier. "De plus amples tests vont être menés pour essayer d'établir si (la bouteille retrouvée ce vendredi) vient du même lot qui a contaminé Sergueï et Ioulia Skripal, ce qui reste une piste d'enquête pour la police", a déclaré Scotland Yard. Les enquêteurs, qui considèrent la découverte de la bouteille comme un "développement important et positif", vont maintenant tenter de déterminer "d'où elle vient comment elle est arrivée au domicile de Charlie".

Risque faible mais prudence

La police britannique avait reconnu lundi que si le risque était "faible", elle ne pouvait cependant pas garantir que le Novitchok ne ferait pas d’autre victime. 


"Je ne peux simplement pas offrir de garantie" concernant la sécurité du public, avait expliqué le chef de l’antiterrorisme Neil Basu lors d’un point presse à Londres, avant d’appeler la population à ne pas ramasser des objets comme "des seringues ou des récipients inhabituels".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter