Grèce : Alexis Tsipras présente sa démission, des élections législatives anticipées en vue

International

POLITIQUE – Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé lors d'une allocution télévisée qu'il présentait la démission de son gouvernement en vue d'élections législatives anticipées.

Des élections législatives anticipées auront lieu sous peu en Grèce a annoncé ce jeudi soir le Premier ministre, Alexis Tsipras, lors d'une allocution télévisée. "Dans peu de temps je vais me rendre chez le président de la République et présenter ma démission et la démission de mon gouvernement", a indiqué le chef du gouvernement. Ce dernier a expliqué qu'il voulait "soumettre au peuple grec tout ce [qu'il a fait] fait [depuis son arrivée au pouvoir le 25 janvier, ndlr], afin qu'il décide de nouveau". Selon les médias grecs, le Premier ministre serait favorable à ce que ces élections aient lieu le 20 septembre.

"Maintenant que la phase difficile [de négociations] est terminée, tandis que certains souhaitaient garder leurs fonctions, je voudrais soumettre à votre jugement" cet accord qui "garantit le financement du pays sur trois ans", grâce à un prêt de 86 milliards d'euros, a ajouté Alexis Tsipras. "Je vous laisse juger, en ayant la conscience tranquille pour avoir résisté aux pressions et aux chantages. L'Europe n'est pas la même après ce semestre difficile"

Absence de majorité

Le chef du gouvernement grec a été contraint de prendre cette décision après avoir perdu sa majorité parlementaire la semaine dernière lors d'un vote au Parlement sur le nouveau plan de sauvetage du pays par l'Europe. Une quarantaine des députés de son parti de la Gauche radicale Syriza n'ont pas alors voté en faveur de ce prêt de 86 milliards d'euros sur trois ans accompagné d'un nouveau train de mesures de rigueur. Cette désertion a réduit la majorité parlementaire à 119 députés sur les 300 que compte l'Assemblée.

Elu au pouvoir fin janvier avec une majorité de 36% des voix en s'engageant auprès de son électorat à mettre fin aux politiques de rigueur, imposées à la Grèce depuis le début de la crise en 2010, Alexis Tsipras, 41 ans, a finalement cédé à la pression des créanciers, l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI). Après six mois de négociations ardues avec les créanciers, Alexis Tsipras a ainsi accepté un accord à l'arraché avec l'UE pour éviter une sortie du pays de la zone euro.

EN SAVOIR +
>> Alexis Tsipras perd sa majorité au Parlement
>> "Alexis ne mange plus, ne dort plus"… les inquiétudes de la mère de Tsipras
>> Plan d'aide à la Grèce : les points clés d'un accord à l'arraché
 

Lire et commenter