Grèce, Suisse, Canada : ces Etats tortionnaires que l'on ne soupçonne pas

Grèce, Suisse, Canada : ces Etats tortionnaires que l'on ne soupçonne pas

DirectLCI
RAPPORT – L'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat) publie mardi son dernier rapport sur la torture dans le monde. Une étude éclairante qui met au jour des pratiques inquiétantes dans des pays pourtant souvent cités en exemples de démocratie.

La torture subsiste parfois dans des pays que l'on n'attendait pas : dans des Etats souvent cités comme exemples de démocraties et parfois au sein même de l'Europe. C'est ce que révèle l'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat), qui publie ce mardi son dernier rapport sur le "phénomène tortionnaire dans le monde". Aux côtés de la Syrie, la Libye ou l’Afghanistan se mêlent en effet d'autres pays, dont l'évocation peut surprendre. Tour d'horizon.  

  • Hongrie : Roms et juifs victime des ultras

Elle tire la sonnette d’alarme sur la Hongrie, où la haine raciale s'est intensifiée à l'encontre des minorités ces dernières années. En première ligne : "les Roms et les Juifs", "victimes de campagnes de harcèlement et d'agressions par des milices et des groupes paramilitaires d'extrême-droite", souligne l'ONG. Plus inquiétant encore : l'Etat aurait tendance à fermer les yeux. "Policiers, juges et procureurs" rechignent en effet bien souvent à reconnaître les motivations raciales des crimes. Donc pas de sanctions.

  • La Grèce épinglée par la CEDH

En Grèce également, la montée des crimes de haine à caractère raciste inquiète les ONG. Les autorités participent en effet allègrement aux exactions menées à l'encontre des étrangers, en particulier la communauté Rom : elle ne compose que 3,58% de la population grecque, mais représente plus de 20% des victimes de "décès par balles des policiers"...

Des violences qui parfois débutent dès l'entrée sur le territoire des migrants : incarcérés systématiquement dans des cellules vétustes et surpeuplées, "les détenus vivent dans des conditions épouvantables", avance l'Acat. Ce qui a valu à la Grèce 11 condamnations par la Cour européenne des droits de l'homme pour traitements inhumains et dégradants et torture, rien qu'en 2012.

  • En Suisse, des migrants expulsés sur chaise roulante

En Suisse, ce ne sont pas les traitements de migrants qui inquiètent, mais leurs conditions de renvoi à la frontière, "parmi les plus strictes d'Europe". Les "cas difficiles" sont en effet immobilisés, attachés par les pieds, les genoux et les mains à un fauteuil roulant jusque dans l'avion, avec sur la tête "un casque ressemblant à celui d'un boxeur, doté d'un filet contre les crachats", explique l'Acat, s'appuyant sur un rapport d'Amnesty International. Une procédure qui a déjà conduit à la mort de trois migrants entre 1999 et 2010.

  • Au Canada, la torture au nom de l'anti-terrorisme

Outre-Atlantique aussi, l'Acat écorne l'image d'un pays pourtant souvent donné en exemple d'Etat de droit : le Canada. D'abord parce que depuis les attentats du 11 septembre 2001, il n'est pas rare que les services de renseignement canadiens, au nom de la lutte anti-terroriste, aient recours à la torture afin de sous-tirer des informations sur leurs propres ressortissants.

Mais aussi parce que les autorités canadiennes se rendent complice d'un fait de torture sur les "peuples autochtones" (type amérindien) : exemples à l'appui, l'ONG cite le cas très préoccupant des femmes, qui font régulièrement "l'objet d'insultes raciales et sexistes, de harcèlement et d'humiliation, d’agressions physiques et sexuelles, d'usage excessif de la force (…) et de conditions de détention indignes". Des "abus routiniers" de la part des gendarmes, condamne l'ONG.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter