Grèce : un camp de migrants incendié à Lesbos après la mort accidentelle d'une femme et d'un enfant

Grèce : un camp de migrants incendié à Lesbos après la mort accidentelle d'une femme et d'un enfant

TENSIONS - Dans la nuit de jeudi à vendredi, des migrants ont mis le feu dans le camp de réfugiés de Moria, sur l’île de Lesbos, où les incidents sont récurrents. Ces nouveaux heurts ont éclaté en réaction à un accident qui a coûté la vie à une femme et un enfant.

Nouveau pic de tension sur l'île grecque de Lesbos. Dans la nuit de jeudi à vendredi, des migrants ont mis le feu dans le camp de réfugiés de Moria. Un incident qui survient après la mort jeudi d'une femme et d'un enfant dans l'incendie de leur tente. 

Heurts entre policiers et migrants

La femme de 66 ans, qui était en train de cuisiner dans la tente, a été tuée après l'explosion d'une bonbonne de gaz qui a déclenché un incendie.  Au moins trois personnes également présentes sous la tente ont été grièvement blessées.

Lire aussi

    Après ce drame, des réfugiés ont mis le feu dans le camp, provoquant d'importants dégâts, selon les premières informations de la police. Des affrontements, au cours desquels six migrants ont légèrement été blessés, ont eu lieu avec la police, selon la même source. 

    Certains réfugiés ont quitté dans un premier temps le camp mais sont revenus quelques heures plus tard, une fois l'incendie maîtrisé. "Le calme est en train de revenir progressivement", a indiqué une source policière. Dèjà en septembre dernier, une partie du camp de refugiés de Moria avait été détruite par un incendie volontaire qui avait fait fuir dans la nuit ses 5.000 occupants, avant que ceux-ci ne reviennent le lendemain.

    En vidéo

    Grèce : Un gigantesque incendie ravage un camp de migrants à Lesbos

    Surpopulation et incidents vont de pair

    16.000 migrants sont entassés depuis plusieurs mois dans la région dans des conditions misérables, disséminés dans cinq îles de la mer Egée (Chios, Samos, Leros, Kos, Lesbos).  

    Lire aussi

      Face à cette situation de surpopulation, source de nombeux incidents, le gouvernement grec a annoncé dimanche 20 novembre son souhait de créer un "nouveau centre d'accueil" sur l’île de Chios, où une centaine de réfugiés se retrouve actuellement sans logement.  Pour l'heure, la mairie de Chios s'oppose à ce projet de nouveau camp pour les réfugiés, qui sont actuellement 4.000 sur l’île. Le gouvernement espère cependant un "accord", qui lui permettrait de "commencer les travaux d’une manière imminente". 

      La Grèce livrée à elle-même

      Les réfugiés sont bloqués sur les îles grecques après la fermeture des frontières en Europe et l'accord UE-Turquie, en vertu duquel les migrants sont censés être renvoyés en Turquie. Pour éviter cette perspective, la majorité d'entre eux a demandé l'asile en Grèce, une procédure qui peut toutefois prendre des mois. 

      Selon des chiffres communiqués en septembre par l'agence de presse grecque ANA, seules 502 personnes ont été renvoyées en Turquie. En tout, il y aurait plus de 60.000 migrants et refugiés recensés en Grèce, toujours selon l'ANA.  

      En vidéo

      Crise migratoire : des habitants de Lesbos nommés pour le prix Nobel de la paix

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

      Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

      EN DIRECT - L'ONU "profondément inquiète" de l'escalade des violences en Israël et dans les territoires palestiniens occupés

      Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

      Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

      Lire et commenter

      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.