Pourquoi le voyage de Greta Thunberg en bateau jusqu'à New York est-il critiqué ?

International

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE - Invitée à s'exprimer à New York en septembre pour la conférence des Nations unies, Greta Thunberg a entamé le voyage pour s'y rendre, à bord du voilier Malizia II, mercredi 14 août, depuis les côtes britanniques. Un choix critiqué à cause des sponsors du navire, dont fait partie le constructeur automobile BMW. Mais la jeune militante a précisé que son voyage n'aurait pas de sponsors commerciaux, ce qu'a confirmé BMW à LCI.

Comment se rendre à la Conférence des Nations Unies à New York lorsqu'on est Greta Thunberg ? Certainement pas en avion, la jeune militante écologiste suédoise étant une fière représentante du mouvement flight shaming, "la honte de l'avion". Pour traverser l'océan Atlantique, Greta Thunberg a donc décidé de monter à bord d'un voilier monégasque, le Malizia II. Celui-ci est parti, mercredi 14 août, depuis le sud du Royaume-Uni. 


Si António Guterres, le secrétaire général de l'ONU, l'a immédiatement félicitée pour son choix, d'autres avis se montrent plus critiques. Le Malizia II est sponsorisé par des entreprises qui ne sont pas vraiment, à leurs yeux, des symboles de la protection de l'environnement, comme le constructeur automobile allemand BMW. À La Loupe vous explique cette nouvelle polémique. 

Quel est ce navire ?

Le Malizia II est un voilier de course de 18 mètres, pouvant accueillir deux skippers et battant actuellement pavillon allemand. Mis à l'eau en 2015, il a participé au Vendée Globe et à la Transat Jacques Vabre. Rattaché ensuite au Yachting Club de Monaco, le navire est depuis barré par deux navigateurs, un Allemand, Boris Herrmann et, un Monégasque, Pierre Casiraghi - fils de la princesse Caroline de Monaco et neveu du Prince Albert II. Le navire retentera le Vendée Globe en 2020. 


Début août, LCI a pu entrer en contact avec un marin appartenant à la Team Malizia. Il nous précisait qu'avant le départ, le bateau mouillait aux alentours de Cowes, ville portuaire de l'île de Whight, au Royaume-Uni. L'équipage participait alors à la Rolex Fastnet Race, une course qui se déroule entre la Manche et la mer d'Irlande. 

Peut-on vraiment parler d'un bateau écologique ?

Le Malizia II semble se distinguer des autres navires par sa vocation écologique. Aux côtés de la Fondation pour l'environnement Albert II de Monaco, le navire s'est engagé au sein du "My Ocean Challenge" (Mon Défi pour l'Océan, ndlr). Le voilier accueille à son bord un capteur de CO2 qui enregistre la captation du dioxyde de carbone par les océans. Un phénomène auquel les scientifiques s'intéressent de très près, dans le contexte du réchauffement climatique dû aux émissions de CO2. Des visioconférences en direct du Malizia II sont même envisagées pour sensibiliser les plus jeunes à l'environnement. Sur son site internet, le Malizia II se définit comme étant "un bateau au service de la science et de l'éducation." 

Dans une interview accordée au site internet Adonnante.com, spécialiste des actualités de la voile sportive, Boris Herrmann expliquait vouloir réduire la quantité de carburant utilisé. "Nous espérons fournir 100% de l’énergie nécessaire, sans jamais utiliser le moteur. J’ai l’espoir de pouvoir me libérer de cette contrainte énergétique. C’est une démarche de performance et aussi un beau symbole d’essayer de boucler un tour du monde sans utiliser une goutte de gazole." Des panneaux solaires plus performants ont récemment été installés sur le navire. L'objectif du marin est de boucler le Vendée Globe 2020 avec le moins de carburant possible. 


Malgré cette volonté de naviguer au vert, les détracteurs de Greta Thunberg reprochent une certaine contradiction entre ses engagements écologiques et les sponsors du navire. Parmi les entreprises partenaires, se trouve en effet le constructeur automobile allemand BMW, spécialisé dans les grosses cylindrées. 

Quelle est l'implication de BMW sur ce navire ?

Lorsqu'on se connecte sur la page de présentation du Malizia II sur le site internet du Yachting Club de Monaco, on aperçoit le logo bien visible de BMW. LCI a contacté le constructeur allemand afin de comprendre son implication réelle aux côtés du Malizia II. "Dans le cadre de son engagement mondial dans les sports nautiques et les compétitions de voile, BMW est un partenaire de longue date de Team Malizia, y compris pour l'année 2019. Nous souhaitons bonne chance à Team Malizia pour la traversée de l'Atlantique du sud de l'Angleterre à New York City !", nous indique-t-il.

BMW est un partenaire de longue date de Team Malizia, y compris pour l'année 2019Responsable communication de BMW

Comme on peut le constater sur différentes photos et vidéos du Malizia II, il est écrit sur la bôme du navire - partie rigide située à la base de la voile permettant de l'orienter - le logo de la marque. Cette inscription est clairement visible sur une vidéo publiée sur la page Facebook du BMW Yachsport et où apparaissent les deux skippers Pierre Casiraghi et Boris Herrmann. Ce dernier a d'ailleurs participé à une séquence promotionnelle dans le port de Hambourg pour la présentation de la voiture électrique BMW i8. 

Comme nous l'a indiqué BMW, le partenariat avec le Malizia II encourage la conception de technologies communes, comme des matériaux plus légers, des sièges pour les skippers et surtout des batteries électriques. "L’objectif est le développement d’une alternative au moteur diesel. Il pèse environ 380 kg, carburant compris, et se trouve à bord principalement pour des raisons de sécurité. Une option pourrait être de le remplacer par un moteur électrique doté de la technologie de batterie BMW i et ainsi traverser les océans avec zéro émission." Précisons que cette batterie électrique n'équipe pas le navire à l'heure actuelle. 


Toutefois, l'entreprise tient à préciser qu'elle ne participera pas au financement de la traversée de Greta Thunberg pour rejoindre New York.  

Greta Thunberg assure qu'aucun sponsor ne sera visible

Suite à toutes ces critiques, Greta Thunberg a tenu à régir sur son compte Twitter. Si elle reconnaît que "l'équipe Malizia a bien sûr des sponsors", elle assure que "pour le voyage à New York, il n’y a pas de sponsors commerciaux", précisant que "tous les logos ont été supprimés". Après quoi, elle ajoute : "Ils m'ont offert un tour gratuit parce qu'ils soutiennent ma cause." 

Le constructeur BMW confirme en effet à LCI le retrait de toutes les représentations des marques. "Pour ce voyage particulier de Malizia II, son équipe et BMW ont convenu de supprimer tous les logos de ses sponsors commerciaux." Nul ne doute que lors du départ pour New York, tous les regards seront braqués sur les logos dissimulés du voilier. 

Si elle avait choisi de traverser l'Atlantique sur un tronc d'arbre, on l'aurait accusée de déforestationYanne Penfornis, navigateur et concepteur de navires, cité par Voiles et Voiliers

Demeure une question : Greta Thunberg pouvait-elle échapper à cette nouvelle polémique ? Nous avons posé la question à Hughes Bigo, navigateur et journaliste pour le magazine spécialisé Voiles et Voiliers. "Elle aurait pu être plus prudente sur les sponsors, c'est une petite erreur de communication. Elle aurait aussi pu choisir un navire de grande croisière, plus écologique à mon sens qu'un navire de course, mais elle réalisera tout même un trajet à zéro carbone." 


Hughes Bigo conclut qu'à cause de sa notoriété, Greta Thunberg sera toujours sous le feu des critiques. Il en appelle à une phrase prononcée par Yann Penfornis, un constructeur de navire similaire à celui emprunté par Greta : "Si elle avait choisi de traverser l'Atlantique sur un tronc d'arbre, on l'aurait accusée de déforestation." A méditer. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter