Guerre en Syrie : 80% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté

Guerre en Syrie : 80% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté
International

SYRIE - L'étude "Syrie en guerre" publiée cette semaine par l'ONU chiffre le quotidien des Syriens avant et pendant le conflit armé qui ravage le pays depuis cinq ans. En voici le détail.

Plus de 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté en Syrie, rapporte l'étude "Syrie en guerre" publiée cette semaine par l'ONU et l'Université Saint Andrews en Ecosse. La pauvreté a explosé en raison de la guerre civile qui a fauché la vie de plus de 270.000 personnes depuis 2011, explique ce document rédigé par la Commission économique et sociale de l'ONU pour l'Asie occidentale (ESCWA) et par le Centre pour les études syriennes de Saint Andrews. Ainsi, 83,4% des habitants vivent actuellement sous le seuil de pauvreté national contre seulement 28% avant le conflit.

► Aide humanitaire, éducation, santé, taux de mortalité
Fin 2015, 13,5 millions de personnes, dont six millions d'enfants, avaient besoin d'une aide humanitaire contre un million en juin 2012. Parmi eux, plus de quatre millions vivent à Damas et dans sa province ainsi qu'à Alep, la deuxième ville du pays. En outre, la population ayant accès à l'éducation est passée de 95% à 75% en raison de la destruction des écoles et du manque d'enseignants. Le total des effectifs dans le primaire est même passé de 98,2% en 2010 à 61,5% en 2015.

En matière de santé, le bilan est encore plus catastrophique. Sur les 493 hôpitaux existant en 2010, 170 (34%) sont hors service et 69 (14%) ne fonctionnent plus que partiellement. Par ailleurs, les attaques contre les médecins et pharmaciens ont contraint un grand nombre d'entre eux à l'exil. Auparavant, il y avait un médecin pour 661 habitants. En 2015, il n'y en a plus qu'un pour 1442.

EN SAVOIR + >> Alep pleure la mort de son dernier pédiatre

► Eau potable, économie, agriculture
Le taux de mortalité est passé de 3,7 pour 1000 en 2010 à 10 en 2015 avec des pointes de 12,4 pour 1000 dans les provinces très touchées par la guerre comme Alep, Deraa, Deir Ezzor, Idleb ou Damas. La quantité d'eau potable a chuté de 72 m3 par habitant en 2011 à seulement 48 m3 en 2015. Quant à la part de la population bénéficiant de stations de traitement des eaux, elle est tombée de 52% à 9% en 2015. L'étude révèle également que l'économie syrienne s'est contractée de 55% entre 2010 et 2015.

Quant au montant des destructions des logements et des infrastructures, il tourne autour des 90 milliards de dollars (79 milliards d'euros). Dans l'agriculture, le constat est terrifiant. Entre 2010 et 2015 le PIB agricole a baissé de deux tiers (60%) et les surfaces cultivables ont été réduites de six millions à 3,6 millions d'hectares, provoquant une hausse considérable des prix des produits agricoles. Les prix de la farine et du blé se sont ainsi accrus respectivement de 388% et 723% depuis 2011.

A LIRE AUSSI >>  Syrie : des photos pour prouver les crimes du régime de Bachar al-Assad

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent