Guerres mondiales : ces bombes toxiques immergées au large des côtes d'Europe du Nord

International
DirectLCI
MINÉ- Dans le nord de l'Europe, la mer abrite un énorme cimetière de munitions. Des armes autrefois employées par les troupes alliées, puis immergées à la fin des deux guerres mondiales, et qui relâchent désormais des produits toxiques capables de contaminer l'homme.

Trois milliards de tonnes. C'est le total faramineux auquel s'élève le poids des munitions qui ont été immergées par les Alliés au large des côtés de la Manche et de la mer du Nord, après les victoires des première et seconde guerres mondiales, et qui continuent d'être un danger pour les populations. En effet, 1% de ces armes contiennent des armes chimiques, tel que le gaz moutarde, ou encore l'arsenic, qui commencent à se répandre dans la mer sous l'effet de la corrosion de leur enveloppe

A la fin de la guerre, de très nombreux navires ont ainsi été coulés pour enfouir sous l'eau, au large des côtes de la Manche et de la mer du Nord, leurs dangereuses cargaisons. A l'époque où cette solution, considérée comme la plus rapide, a été prise, elle était considérée comme la moins chère et la moins dangereuse. Ainsi en Belgique, à un kilomètre de la plage de Knocke-Heist, 35.000 tonnes de bombes sont ensevelies sur une zone de trois kilomètre de large à moins de dix mètre de profondeur. Ces bombes contiennent 1500 tonnes de gaz moutarde et d'arsenic. 

En les bougeant il faut que l'on soit certain de ne pas créer un problème encore plus grave que maintenant"Sarah Vanden Eede, WWF Belgique

Des fuites ont été découvertes l'an dernier, les armes libérant leur substance mortelle à petites doses. "Soit on les laisse comme ça, soit on les recouvre de sable, soit on les retire de l'eau", résume Sarah Vanden Eede, spécialiste mer et océan à WWF Belgique. "Mais en les bougeant, il faut que l'on soit certain de ne pas créer un problème encore plus grave que maintenant", prévient-elle. 


La dangerosité de ces fuites s'observe d'ores et déjà sur les poissons vivants dans les eaux concernées. Des traces de cancer ont été constatées dans les foies de ces animaux marins, avec une concentration beaucoup plus importante qu'ailleurs. Des traces de produits toxiques militaires ont également été retrouvées sur des moules vivants à proximité des dépôts de munitions. Le danger est que ces traces pourraient contaminer toute la chaîne alimentaire, jusqu’à l'homme. 

Le silence de la France sur un dossier sensible

Quelles dispositions du côté de la France face à ce risque ? Du côté des autorités c'est le silence radio. Il n'y aurait pas de munitions enfouies capable de contaminer les eaux du littoral français. La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement des Hauts-de-France (DREAL) avait d'ailleurs indiqué, à la suite d'un documentaire de LCP, à la Voix du Nord qu’elle "n'a pas réalisé à ce jour d’étude sur la localisation, l’impact ou le traitement des munitions (…) submergées suite aux deux guerres mondiales".  Mais pour de nombreux experts, la France compte, tout comme ses voisins, des stocks de munitions sous marins, potentiellement extrêmement dangereux. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter