Haïti : enquête ouverte à Paris après l'enlèvement de sept religieux catholiques, dont deux Français

Dimanche, sept religieux catholiques, dont deux Français, ont été enlevés en Haïti, près de Port-au-Prince. Les ravisseurs ont exigé une rançon d’un million de dollars. Une enquête est ouverte pour enlèvement et séquestration en bande organisée, à Paris.

INQUIÉTUDES - Deux Français, dont un prêtre breton, membre de la Société des prêtres de Saint-Jacques, font partie des sept religieux catholiques enlevés dimanche en Haïti. Le parquet de Paris a annoncé lundi soir l'ouverture d'une enquête.

On en sait un peu plus sur les religieux enlevés dimanche en Haïti. L'un des deux ressortissants français pris en otage est un prêtre breton de 67 ans. La Société des prêtres de Saint-Jacques de Guiclan, à laquelle il appartient, l'a confirmé ce lundi dans un communiqué. L'institut Missionnaire se dit "touché, frappé très durement" par cet enlèvement survenu près de Port-au-Prince. "Nous sommes meurtris par cette révoltante situation que nous partageons avec l’ensemble de la population haïtienne, victime quotidiennement de l’insécurité galopante et du banditisme", peut-on lire.

En Haïti depuis plus de 30 ans

Originaire de Messac (Ille-et-Vilaine), le religieux sexagénaire connaît très bien Haïti. Surnommé le "curé des pauvres", il y mène même des actions depuis plus de 30 ans. "J’ai contracté le virus de la mission en venant ici comme coopérant. J’ai eu la chance de travailler aux côtés des prêtres de Saint-Jacques. J’étais vraiment en phase avec eux. De plus, j’ai été très touché par le peuple haïtien… Impossible de repartir depuis", confiait il y a plusieurs années l'intéressé au Télégramme. Dans les colonnes de France Bleu, le père André Siohan le décrit lui comme "quelqu'un de très engagé et qui aime profondément ce pays. Il y est très bien intégré, reconnu et apprécié". Avant son enlèvement, le missionnaire en Haïti avait déjà été victime de jeunes trafiquants de drogue qui avait voulu "lui faire la peau". En 2015, il avait également été blessé par balles en sortant d'une banque dans la capitale haïtienne. 

Lire aussi

Enquête ouverte en France

Pour rappel, sept personnes, dans l'ensemble des religieux catholiques, ont été enlevés, dimanche 11 avril. Les ravisseurs sont passés à l'action dans la matinée à la Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince, alors que la délégation "se rendait à l'installation d'un nouveau curé", selon le père Loudger Mazile. La police soupçonne le gang  "400 Mawozo" d'être à l'origine des faits. Une rançon d'un million de dollars est réclamée pour la libération des otages. 

Dans cette affaire, le parquet a annoncé lundi soir l'ouverture d'une enquête à Paris. 

Ces derniers mois, une recrudescence des actions violentes a été constatée en Haïti au point que l'État d'urgence a récemment été décrété pour un mois dans certains quartiers de la capitale et une région de province afin de "restaurer l'autorité de l'État". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : 10 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.