Harcèlement sexuel et pornographie : le vice-Premier ministre britannique forcé à la démission

Harcèlement sexuel et pornographie : le vice-Premier ministre britannique forcé à la démission

SCANDALE - Damian Green, proche parmi les proches de Theresa May, a remis sa lettre de démission, mercredi 20 décembre, alors qu'il est accusé d'avoir consulté des sites pornographiques dans son bureau, en 2008.

Nouvelle tuile pour la Première ministre britannique. Son vice-Premier ministre et proche allié Damian Green a présenté sa démission, ce mercredi, après des semaines de battage médiatique autour de sa consultation présumée de sites pornographiques dans ses bureaux, en 2008. Une découverte qui date d'un temps où la police avait procédé à une perquisition de son bureau, saisissant son ordinateur dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de fuite au sein du parti conservateur.

Pornographie et harcèlement

L'analyse de l'ordinateur de celui qui, à l'époque, n'était alors que membre du parlement, a permis de découvrir que des milliers d'images pornographiques y étaient stockées. Si la consultation d'images classées X en ces lieux n'est pas interdite, y compris dans un lieu aussi guindé que le palais de Westminster, la presse britannique, friande de ces scandales, en fait ses choux gras depuis.


 A cela s'ajoute une accusation de harcèlement sexuel en provenance de Kate Maltby, jeune journaliste proche des milieux libéraux-conservateurs. Cette dernière affirme en effet que le vice-Premier ministre lui a "effleuré" le genou en 2015, le tout s'accompagnant d'un texto pour le moins suggestif. Accusations qui a d'ailleurs amené une partie de la presse britannique, Daily Mail en tête, à douter très sérieusement des accusations de la jeune femme.

En vidéo

Un ministre britannique accusé de harcèlement

D'autres démissions à venir ?

Si Damian Green a toujours contesté les accusations dont il faisait l'objet et réfuté avoir consulté les images pornographiques, le gouvernement n'en a pas moins ouvert une enquête interne. Celle-ci a eu pour résultat de démontrer que l'ignorance qu'il affichait au sujet de ces images était "inopérante et illégitime", et constituait ainsi un viol du code ministériel. 


Le départ de Damian Green pourrait en entraîner un autre, aux conséquences encore plus lourdes pour Theresa May. Son collègue et ministre en charge du Brexit David Davis avait en effet indiqué, comme le rappelait Libé début décembre, qu'il démissionnerait s'il devait quitter le gouvernement. Ce qui, en pleines négociations - très difficiles - sur le Brexit, et alors que Theresa May a déjà dû essuyer les départs de Priti Patel et du ministre de la Défense Michael Fallon, n'arrangerait en rien ses affaires ni sa crédibilité.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter