Haut-Karabakh : un accord trouvé pour mettre fin aux combats, incidents à Erevan

Accord de pais signé dans le Haut Karabakh

CONFLIT - Le président russe Vladimir Poutine a confirmé lundi 9 novembre un accord de "cessez-le-feu total" entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Fin des hostilités. Le président russe a confirmé un accord entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan de "cessez-le-feu total" des combats pour la région du Nagorny Karabakh en vigueur depuis 21h, lundi 9 novembre. Un accord qualifié de "douloureux" par le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, semblant consacrer une victoire militaire azerbaïdjanaise.

Peu après l'annonce, une foule de milliers de manifestants en colère s'est rassemblée aux abords du siège du gouvernement arménien, des centaines d'entre eux pénétrant dans les locaux, brisant des vitres et saccageant des bureaux, notamment une salle de conseil des ministres, selon un journaliste de l'AFP présent sur place.

Les belligérants conservent les positions qu'ils occupent actuellement

"Le 9 novembre, le président de l'Azerbaïdjan (Ilham) Aliev, le Premier ministre de l'Arménie (Nikol) Pachinian et le président de la fédération de Russie ont signé une déclaration annonçant un cessez-le-feu total et la fin de toutes les actions militaires dans la zone du conflit du Nagorny Karabakh à partir de minuit le 10 novembre, heure de Moscou", a dit Vladimir Poutine, selon une déclaration diffusée dans la nuit de lundi à mardi aux médias. Selon lui, les belligérants gardent au terme de cet accord "les positions qu'ils occupent".

Dans un communiqué posté dans la nuit de lundi à mardi sur sa page Facebook, Nikol Pachinian avait indiqué un peu plus tôt avoir "signé une déclaration avec les présidents de Russie et d'Azerbaïdjan sur la fin de la guerre au Karabakh". Il a qualifié cette initiative "d'incroyablement douloureuse pour moi et pour notre peuple".

De son côté, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev s'est félicité d'une "capitulation" de l'Arménie. Il a ajouté que la Turquie participera au maintien de la paix dans la région.

En vidéo

Haut-Karabakh : reportage sur la ligne de front

La ville de Choucha prise par les forces azerbaïdjanaises

Depuis la fin septembre, les combats les plus sanglants depuis près de 30 ans opposent séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh et armée azerbaïdjanaise. L'Azerbaïdjan veut reprendre le contrôle de cette province qui a fait sécession et devenant de facto indépendante, au début des années 1990 à l'issue d'une guerre qui fit plus de 30.000 morts. 

Peuplé aujourd'hui quasi-exclusivement d'Arméniens, ce territoire était rattaché à l'Azerbaïdjan à l'époque soviétique mais est considéré par les deux pays comme une partie intégrante de leurs histoire.

L'annonce d'un accord de fin des hostilités intervient alors que les forces azerbaïdjanaises affirmaient avoir pris Choucha, ville stratégique à 15 kilomètres de la capitale séparatiste Stepanakert et située sur l'artère vitale reliant la république autoproclamée à son parrain arménien. La chute de cette localité était considérée comme un tournant de la guerre.

"J'ai pris cette décision après une analyse en profondeur de la situation militaire", a justifié Nikol Pachinian sur Facebook, en référence aux avancées azerbaïdjanaises des six dernières semaines. Selon lui, l'accord est "la meilleure des solutions dans la situation actuelle".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 nouveaux cas mardi, la barre des 50.000 morts franchie

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Lire et commenter