Hillary Clinton "va mieux", Trump la tacle

International

WASSUP - Après un malaise et l'annonce de sa pneumonie, Hillary Clinton doit rassurer sur son état de santé. Et pendant ce temps-là, Trump continue de la railler, sans retenu.

Entre un malaise et une pneumonie, Hillary Clinton se doit de rassurer ses électeurs. C'est chose faite lundi 12 septembre, sur CNN. La candidate démocrate l'assure : "Je vais beaucoup mieux". En attendant de reprendre sa campagne, dès la semaine prochaine, Hillary Clinton se repose, chez elle à Chappaqua, près de New York.

Deux évènements viennent mettre en doute la santé de la candidate : son malaise, pour cause de déshydratation, dimanche matin à New York lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2001. Et une pneumonie, dont elle souffre et qui l'oblige à mettre en suspens sa campagne.

Bill et Hillary Clinton tentent de rassurer

Sur la chaîne de télévision américaine CNN, Hillary Clinton est intervenu lundi soir, par téléphone, pour tenter de rassurer sur sa santé. Elle assure ne pas s'être évanouie mais avoir été prise d'un "vertige", avoir "perdu l'équilibre pendant une minute", "mais une fois à l'intérieur du véhicule, une fois que j'ai pu m'asseoir, que j'ai pu me rafraîchir, j'ai tout de suite commencé à me sentir mieux", a-t-elle assuré.

De son côté, son mari et ex-président Bill Clinton lui est venu en aide, sur le plateau de CBS. Il est tout aussi affirmatif : "Elle va bien. [...] Elle était simplement déshydratée." Quelques heures après son malaise, Hillary Clinton est apparue tout sourire, assurant qu'elle se sentait bien. C'est la dernière fois qu'elle a été vue en public. Son équipe de campagne déclarera plus tard qu'elle souffre d'une pneumonie depuis plusieurs jours.

En vidéo

Bill Clinton rassurant sur l'état de santé de sa femme

Coups bas entre Clinton et Trump

Vendredi soir, Hillary Clinton, déjà malade secrètement de pneumonie, a qualifié la moitié des électeurs de Donald Trump de "pitoyables", "racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes". Le camp républicain a vivement réagi, dénonçant la condescendance de l'ancienne secrétaire d'Etat. Des paroles qu'elle a regrettées dès le lendemain. Lundi à Baltimore, Donald Trump lançait : "Tandis qu'Hillary Clinton vit sa vie derrière de hauts murs et protégée par des gardes du corps, elle raille et méprise les Américains qui travaillent dur et ne cherchent qu'à obtenir une fraction de la sécurité dont bénéficient nos politiciens", faisant référence aux nombreux gardes du corps qui l'entouraient lors de la cérémonie du 11 septembre.

L'équipe de la démocrate a également annoncé que de nouveaux documents médicaux seraient rendus publics cette semaine, prouvant qu'Hilary Clinton ne souffre d'aucun autre problème médical que la pneumonie. Ironiquement, le milliardaire avait affirmé qu'il publierait lui aussi un nouveau bulletin de santé, histoire de prouver que lui, il va bien. D'ici à ce qu'Hillary Clinton reprenne sa campagne présidentielle, c'est Barack Obama qui prend le relai. L'actuel président interviendra mardi lors d'un meeting de soutien à la candidate démocrate, à Philadelphie.

En vidéo

Donald Trump fustige le "mépris" d'Hillary Clinton pour les électeurs américains.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter