Hollande salué par le Mali comme le président "le plus sincère et le plus loyal"

International

AFRIQUE – Pour son probable dernier grand discours sur le continent africain, François Hollande, qualifié de président "le plus sincère et le plus loyal" par le président Keïta, a assuré que la France resterait "toujours au côté du Mali".

Le temps des adieux a déjà commencé pour François Hollande. Pour son probable dernier grand discours sur le continent africain ce samedi à Bamako au sommet Afrique-France, le président de la République, chaleureusement salué par ses pairs, a assuré que la France resterait "toujours au côté du Mali", quatre ans après le lancement de l’opération Barkhane pour stopper une offensive djihadiste dans le nord du pays. 

L’occasion pour lui de refermer l’un des chapitres les plus importants de son quinquennat. "Je veux affirmer que la France restera toujours au côté du Mali jusqu'à l'aboutissement du processus de paix, jusqu'à ce que l'Etat malien puisse avoir son autorité respectée sur l'ensemble du territoire malien", a-t-il souligné devant une trentaine de dirigeants africains. "Il y a quatre ans, presque jour pour jour, le forces maliennes, françaises, africaines étaient engagées pour reconquérir le Nord-Mali". 

Voir aussi

L’intervention militaire, une "dette" de la France envers le Mali

Rappelant que "le peuple malien tremblait", pendant que l'Europe "regardait parfois avec distance ce qui se passait au Mali, ne saisissant pas toujours l'enjeu", François Hollande s'est également félicité de la réussite de l’opération militaire. "Les terroristes ne contrôlent plus aucun territoire, la démocratie a repris son cours, les élections ont eu lieu (...), l'économie repart et la réconciliation avec les accords d'Alger (entre les autorités maliennes et des groupes armés rebelles, ndlr) est en cours".

Il y a de l'espoir, regardez vers le Mali- François Hollande s’adressant à la communauté internationale

"C'est une leçon que vous adressez à la communauté internationale" mais aussi un message pour les "peuples martyrs" de Syrie, d'Irak ou de Libye, a-t-il poursuivi. "Il y a de l'espoir, regardez vers le Mali." Il a aussi rendu hommage aux "tirailleurs" africains qui ont combattu aux côtés de l’armée française lors des deux guerres mondiales, estimant que la France "s’acquittait d’une dette" par son intervention militaire au Mali. 

En vidéo

Hollande : "Il y a de l'espoir, regardez vers le Mali"

Anaphore et allusion à son renoncement

Salué par son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta comme "le plus sincère et le plus loyal" des chefs d'Etat français envers l'Afrique, François Hollande y est également allé de sa figure de style préférée, l’anaphore, pour souligné la solidité de la relation franco-africaine. "Ensemble, la France, l'Afrique nous avons été capables de relever des défis et de faire avancer le monde (...), ensemble, l'Afrique, la France, nous avons été capables, aux Nations unies, de porter des objectifs de développement  durable, l'Afrique, la France, ensemble, nous portons le message d'une réduction des inégalités à l'échelle planétaire."

Le président s’est aussi souvenu des "32 visites officielles" effectuées sur le sol africain au cours de son mandat. "Disant cela, je ressens un goût d'inachevé qui aurait dû, finalement, justifier d'autres prétentions", a-t-il poursuivi dans une allusion sans équivoque à son renoncement. "Je n'oublierai jamais les liens que nous avons pu tisser, personnels, humains, politiques" a-t-il ajouté, concluant ce discours-testament sous des applaudissements nourris. 

En vidéo

"Ensemble, l'Afrique, la France..." : l'anaphore de François Hollande lors du sommet de Bamako

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter