Hong Kong : l'exécutif déclare "mort" le projet de loi sur les extraditions, sans convaincre ses opposants

International
RÉVOLUTION - L'ex-colonie britannique est secouée par une profonde crise politique depuis dix jours. Les habitants dénoncent un recul de leurs droits et un projet de loi dangereux.

La cheffe du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré, mardi, que le projet de loi sur les extraditions vers la Chine qui a provoqué une vague historique de contestation était "mort", se refusant toutefois à annoncer le retrait pur et simple du texte comme le réclament les protestataires. "Il y existe toujours des doutes persistants sur la sincérité du gouvernement ou des inquiétudes sur le fait que le gouvernement puisse relancer le processus devant le Conseil législatif (Parlement local). Alors, je voudrais le répéter ici, il n'y a aucun projet en ce sens. Le projet de loi est mort", a-t-elle lancé.


Des propos qui n'ont pas convaincu les opposants au texte. L'un des principaux groupes de Hong Kong  à l'origine de la contestation a ainsi promis de nouvelles manifestations. "Si nos cinq revendications ne sont toujours pas entendues par Carrie Lam et son gouvernement, le Forum des droits de l'Homme civils continuera à tenir des manifestations et des rassemblements", a déclaré à la presse sa porte-parole Bonnie Leung.

L'ex-colonie britannique est secouée par une profonde crise politique qui s'est traduite par des manifestations pacifiques, parallèlement à de violents affrontements entre policiers et manifestants pour la plupart jeunes. La "révolte des parapluies" de l'automne 2014 était empreinte d'optimisme. Mais le mouvement déclenché par un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine est plus sombre, explosant le 1er juillet avec la mise à sac du Parlement par des centaines de jeunes masqués.

Plusieurs suicides

Le mouvement est également marqué par des suicides, les manifestants rendant publiquement hommage à quatre personnes qui se sont donné la mort récemment et ont laissé derrière elles des messages politiques. Une armée de travailleurs sociaux, conseillers et volontaires s'est mobilisée pour affronter la hausse des sollicitations enregistrées par les services de santé mentale.

En vidéo

Hong Kong : deux millions de manifestants défient Pékin

Les habitants de Hong-Kong manifestent pour dénoncer les agissements de la Chine. Eux qui  jouissent de libertés qui n'existent pas sur le continent dénoncent un recul des droits, parmi lesquels l'indépendance de la justice, la liberté d'expression, de la presse, d'association, de religion, intellectuelle et le droit de grève.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter