Hong Kong : les manifestants divisés sur leur stratégie

Hong Kong : les manifestants divisés sur leur stratégie

RETRAIT - Les manifestants pro-démocratie de Hong Kong ont annoncé dimanche soir, avant l'expiration d'un ultimatum gouvernemental, leur retrait d'un quartier stratégique. Une décision qui ne fait pas l'unanimité parmi les étudiants, certains estimant n'avoir obtenu aucune concession sur leurs revendications.

"Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour restaurer l'ordre social si, d'ici à lundi, les protestants sont encore dans la rue", a annoncé le chef de l'exécutif local Leung Chun-ying à la télévision samedi soir. "Il faut permettre aux sept millions d'habitants de reprendre une vie et une activité normales", a-t-il martelé alors que des professeurs d'université et des enseignants appellent les étudiants, à la pointe du mouvement, à rentrer chez eux de peur qu'ils ne s'exposent à des violences au cas où la police tenterait de dégager les rues.

Un avertissement en forme d'ultimatum entendu par la coalition "Occupy central", qui paralyse le centre-ville depuis plus de dix jours pour réclamer un suffrage universel plein et entier en vue des élections de 2017. Alors, après en avoir "délibéré", les manifestants occupant le quartier commerçant de Mong Kok, sur la partie continentale de Hong Kong, "vont rejoindre ceux du site d'Admiralty", quartier des ministères, sur l'île, a indiqué la coalition Occupy Central sur son compte Twitter #OccupyHK.

Une artère majeure d'Admiralty, Lung Wo Road, devait par ailleurs être rendue à la circulation pour permettre le retour au travail lundi de milliers d'employés après une semaine quasiment chômée en raison des manifestations et de deux jours fériés, toujours selon les annonces de la coalition.

Seulement, ce retrait est loin de satisfaire tout le monde. Les organisations étudiantes n'ont pas annoncé elles-mêmes ce retrait et pour cause : beaucoup y sont opposées. Et sur le terrain, si certains manifestants plient bagage, d'autres refusent catégoriquement de libérer les lieux. Résultat : la Lung Wo Road, brièvement évacuée, est à présent de nouveau occupée.

Les leaders étudiants ont cependant annoncé dimanche que des discussions pourraient avoir lieu avec le gouvernement, à condition qu'une enquête soit ouverte sur les épisodes de violences qui ont éclaté ce week-end entre manifestants, riverains et policiers. Ils refusent en revanche tout dialogue avec le numéro un de l'exécutif. Le gouvernement a réaffirmé de son côté dans un communiqué que "sa porte était toujours ouverte pour le dialogue", appelant en préalable à l'évacuation des abords du siège du pouvoir.

EN SAVOIR + >> À Hong Kong, la révolte d'une génération

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDEO - Belgique : nouvelles inondations, un torrent emporte des voitures près de Namur

EN DIRECT - Sanofi confirme "un vaccin français avant la fin de l'année"

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

Violent incendie dans l'Aude : 900 pompiers toujours mobilisés, coupure de courant jusqu'au Portugal

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.