Hong Kong : large succès pour le camp pro-démocratie dans les urnes

Hong Kong : large succès pour le camp pro-démocratie dans les urnes
International

Toute L'info sur

Hong Kong se soulève contre Pékin

CRISE - Les candidats pro-démocratie se sont offerts dimanche une victoire écrasante aux élections locales à Hong Kong, estimaient les médias locaux lundi.

Un nouveau camouflet pour l'exécutif hongkongais et Pékin. Confronté à la colère de la rue depuis plusieurs mois, les autorités ont essuyé une défaite cinglante dimanche dans les urnes, les candidats pro-démocratie se dirigeant vers une victoire écrasante aux élections locales. 

Selon des résultats partiels, portant sur un peu plus de la moitié des 452 conseillers de district, 201 candidats pro-démocratie avaient remporté un siège, contre 28 candidats pro-Pékin et 12 indépendants. Lors des élections en 2015, un peu plus de 100 candidats seulement du camp pro-démocratie avaient été élus. La participation a dépassé les 71% des 4,13 millions d'électeurs inscrits, un taux record. 

Voir aussi

"Vœux pieux"

Cette élection n'a pas qu'une valeur symbolique : six sièges du Conseil législatif ("LegCo", le Parlement hongkongais), qui sera renouvelé l'an prochain, se joueront entre des candidats provenant des conseils de district. Et ces conseils enverront en outre 117 de leurs membres au collège électoral de 1.200 personnes, contrôlé par Pékin, chargé de désigner le chef de l'exécutif. Des résultats partiels laissaient présager que les candidats en faveur d'une ouverture démocratique étaient partis pour s'emparer d'une large majorité au sein des 18 conseils de district, jusque-là dominés par des élus favorables à l'exécutif aligné sur Pékin.

Défaite dans les urnes, la Première ministre Carrie Lam ne peut que constater que tout espoir de rallier l'opinion public est désormais derrière elle. Jusqu'à présent, elle espérait que le recours de plus en plus fréquent à la violence des manifestants pro-démocratie radicaux conduirait une majorité silencieuse à la soutenir. De leur côté, les partisans d'un changement politique entendent mettre à profit cette victoire pour montrer que, désormais, la population hongkongaise souhaite que le gouvernement local tienne compte de son point de vue sur la gestion du territoire semi-autonome.

"Quelle que soit la force de Carrie Lam, j'espère qu'elle pourra répondre aux souhaits du peuple, répondre aux cinq demandes (et) donner une chance aux jeunes", a déclaré à la presse le militant Jimmy Sham après avoir remporté un siège dans un conseil de district. Parmi les cinq revendications du mouvement de contestation figurent notamment l'avènement du suffrage universel dans la mégapole de 7,5 millions d'habitants, et une enquête sur ce qu'ils considèrent comme des violences policières. Carrie Lam les a jusqu'à présent rejetées, les qualifiant notamment de "vœux pieux". Dans sa lutte contre les manifestants, la dirigeante hongkongaise sait qu'elle peut compter sur Pékin, qui lui a renouvelé sa confiance ce lundi : "Le gouvernement central chinois soutient résolument la cheffe de l'exécutif Carrie Lam à la tête de la Région administrative spéciale", le nom officiel de Hong Kong, a déclaré à la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent