Hong Kong : pourquoi le parapluie est-il le symbole des manifestations ?

International
RÉVOLTE POPULAIRE - Les militants pro-démocratie occupent le centre-ville de Hong Kong depuis dimanche. Avec, pour seule arme, des parapluies, devenus symbole de cette protestation pacifique contre Pékin.

Depuis dimanche, ils fleurissent dans le centre de Hong Kong. Les parapluies ont envahi les rues du poumon économique de cette ville, la plus riche de Chine. Car, depuis dimanche, les forces de l'ordre tentent, à coups de jets de gaz au poivre et lacrymogènes, de disperser les manifestants pro-démocratie.

Des dizaines de milliers d'habitants de l'ancienne colonie britannique, passée sous tutelle chinoise, sont descendus dans les rues du quartier financier pour réclamer à Pékin davantage de libertés politiques. La campagne, baptisée "Occupy Central", se veut pacifiste. Ni armes ni réplique pour les protestataires face aux injonctions de la police de quitter les lieux, mais masques chirurgicaux, lunettes de ski, film alimentaire. Et parapluies. D'ordinaire utilisés pour se protéger d'une météo hongkongaise capricieuse, ils servent aujourd'hui à se protéger des assauts des policiers.

David contre Goliath

L'objet est même en train de devenir le symbole de cette protestation. L'expression "révolution des parapluies" a commencé à faire le buzz sur les réseaux sociaux. Une banderole employant ce terme a été vue sur une barricade. Un logo a même circulé sur Twitter. "C'est un duel à la David et Goliath, analyse pour metronews Philippe Le Corre, chercheur à l'Iris et à la Brookings Institution. Que peuvent faire quelques milliers de Hongkongais face à plus d'un milliard de Chinois ? Le parapluie est ici l'emblème de la résistance au plus fort."

Les manifestants sont déterminés. Le mouvement pourrait même prendre de l'ampleur dans les prochains jours. "Il est probable que les tensions se renforcent d'ici mercredi, date anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et jour férié à Hong Kong, analyse pour metronews Alice Ekman, spécialiste de la Chine à l'Ifri. Une nouvelle dynamique de mobilisation pourrait alors se mettre en place." Avec encore plus de parapluies dans les rues de Hong Kong.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter