Il a fait barrage à l'extrême droite en Autriche : qui est Alexander Van der Bellen ?

DirectLCI
PORTRAIT - Six mois après l'annulation du scrutin initial en raison d'irrégularités, l'écologiste Alexander Van der Bellen a de nouveau battu Norbert Hofer (FPÖ) lors de la présidentielle autrichienne. Portrait de cet homme de 72 ans qui stoppe la progression de l'extrême droite en Europe.

Alexander Van der Bellen tient sa revanche. En 2008, ce député des Verts autrichiens s'était présenté à la vice-présidence de l'Assemblée nationale pour faire barrage à l'extrême droite. A l'époque, ses pairs lui avaient préféré le sulfureux Martin Graf, issu de la mouvance nationaliste. Huit ans plus tard, l'écologiste accède enfin au pouvoir avec, selon les premières projections, 53,3% des suffrages, contre 46,7% pour le représentant de l'extrême droite, Norbert Hofer (45 ans).


Ce score de l'ancien doyen de la faculté d'économie de Vienne et ancien dirigeant des Verts autrichiens marque une nette progression par rapport au scrutin du 22 mai dernier, annulé pour cause d'irrégularités procédurales, puisque Van der Bellen n'avait obtenu que 50,3%. Surtout, avec ce résultat, le candidat écologiste inflige un lourd revers au camp populiste, en pleine progression et galvanisé par le récent Brexit et l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis.

Lire aussi

Un "enfant de réfugiés"

A 72 ans, Alexander Van der Bellen, est un professeur d‘économie à la retraite, qui incarne une vision du pays aux antipodes de celle de Norbert Hofer. Au nationalisme du candidat populiste, il a opposé son projet d’une société ouverte et multiculturelle.


Alexander Van der Bellen se revendique lui-même "enfant de réfugiés", en tant que rejeton d'un aristocrate russe et d'une mère estonienne ayant fui la Révolution de 1917. Il a grandi aux confins de l'Autriche et de l'Italie, dans la province frontalière du Tyrol. C'est là où il élèvera ses deux fils, puis fera ses armes en politique. Dans les rangs des sociaux-démocrates, il devient député durant presque 20 ans, jusqu'en 2012. Parallèlement, il est élu président des Verts, durant onze ans, jusqu'à cette fameuse chute en 2008.

En vidéo

JT WE - Deux visions de l'Autriche s'affrontent lors du scrutin présidentiel

Pour le FPÖ, un "gauchiste en habits bourgeois"

Durant les mois précédents le scrutin présidentiel, cet homme austère n'a eu de cesse de mener une campagne au centre pour tenter de rassembler l'électorat modéré. Le FPÖ l'a présenté comme un "gauchiste en habits bourgeois", le renvoyant aux positions de son ancien parti en matière d'immigration. Les Verts ont toujours défendu une société ouverte et multiculturelle qui fait figure d'épouvantail pour le FPÖ. La question migratoire a d'ailleurs été au centre de la campagne dans un pays de 8,5 millions d'habitants qui a accueilli 90.000 demandeurs d'asile, près de 1% de sa population, lors de la crise des réfugiés de la fin d'année 2015.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter