Il se suicide après 190 heures sup par mois : son entreprise lourdement condamnée

International
SURMENAGE - Une chaîne de restauration japonaise a été condamnée à 400.000 euros de dommages et intérêts après le suicide d'un employé en 2010. Il effectuait 190 heures supplémentaires par mois en moyenne.

L'excès de travail peut tuer. C'est la dramatique expérience par laquelle est passée un Japonais qui s'est suicidé en 2010, à 24 ans, après avoir effectué en moyenne 190 heures supplémentaires par mois sur les sept mois précédents. A la tête d'un des restaurants de la chaîne Sun Challenge, il n'avait pu prendre que deux jours de congés durant cette période.

Un tribunal de Tokyo a finalement condamné l'entreprise, mercredi, à verser la somme de 58 millions de yens (près de 400.000 euros) de dommages et intérêts aux parents du défunt. La cour a estimé que le patron de la société et un autre responsable étaient coupables de ne pas avoir mis fin à cette surcharge. Elle a aussi jugé que les violences physiques et les attaques verbales que sa hiérarchie lui faisait subir "sont à l'origine des troubles mentaux qui ont conduit la victime à se donner la mort", selon l'agence de presse Kyodo .

"Une décision qui fera date"

Dans ce pays où il existe un mot pour désigner la mort par excès de travail (" karoshi "), le dévouement à l'entreprise au détriment de la vie sociale et du sommeil perdure. "Le verdict est une décision qui fera date et devrait encourager les travailleurs en souffrance à se défendre", a souligné l'avocat de la famille, selon des médias cités par l'AFP. Et vous, êtes-vous surmenés au boulot ? Faites le test.

EN SAVOIR + >> Etes-vous proche du burn-out ? Faites le test

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter