"Il tirait comme un fou": les premiers témoignages après l'attaque de Vienne

Attaque terroriste à Vienne : le récit des faits

ATTAQUE TERRORISTE - Ensanglantée par de multiples attaques à main armée, la capitale autrichienne était encore assommée, lundi 2 novembre, selon plusieurs témoignages.

Alerte maximale à Vienne. Les autorités ont annoncé dans la soirée du lundi 2 novembre qu'un suspect était activement recherché après l'attaque qui a fait au moins trois morts et une quinzaine de blessés selon un bilan provisoire.

Plusieurs fusillades ont eu lieu en plein centre de la capitale autrichienne aux alentours de 20h. Des témoins ont raconté avoir vu un homme tirer "comme un fou" avec une arme automatique. "On aurait dit des pétards, puis on a réalisé qu'il s'agissait de coups de feu", explique l'un d'entre eux sur la chaîne de télévision publique ORF.

Toute l'info sur

L'Autriche endeuillée par un attentat en plein cœur de Vienne

Lire aussi

L'attaque, partie d'une synagogue, s'est ensuite déroulée dans cinq autres endroits situés à proximité du lieu de culte. Plusieurs hommes armés ont alors semé la terreur dans la capitale. Les forces de l'ordre ont alors mis en place un périmètre de sécurité et ont évacué les personnes présentes sur place. 

Des détonations

Dans les restaurants et bars du quartier où s'est déroulée l'attaque, les clients ont été priés de rester à l'intérieur, lumières éteintes, pendant que les sirènes des ambulances hurlent à l'extérieur. 

"Soudain des gens sont entrés et m'ont dit : 'il ne faut ne pas sortir, il y a une fusillade'", décrit Jimmy Eroglu, 42 ans, serveur dans un café. "Au début, je me suis dit qu'on tournait peut-être un film américain ou qu'ils avaient trop bu", poursuit-il. Mais il a alors entendu des détonations et s'est empressé de fermer la porte. "Puis la police est arrivée et a dit : 'Vous devez tous rester à l'intérieur parce qu'il y a un probablement un homme mort là-bas'".

On est sous le choc- Robert Schneider, habitant de Vienne

Sur les multiples vidéos relayées sur les réseaux sociaux, on peut apercevoir un homme vêtu de blanc et de beige qui, se déplace dans les rues de la capitale et tire à plusieurs reprises. L'individu était "lourdement armé" et "muni d'un fusil d'assaut automatique", a fait savoir le ministre de l'Intérieur autrichien lors d'une conférence de presse.

Robert Schneider, qui habite non loin des lieux du drame, sort de chez lui quand soudain, il se retrouve "avec deux lasers sur sa poitrine". "Haut les mains, ôtez votre veste", lui lancent des policiers. "Nous, on n'avait rien vu, rien entendu. On est sous le choc", confie cet homme de 39 ans à nos confrères de l'AFP.

L'un des assaillants a été abattu par les forces de l'ordre et identifié comme un "sympathisant" du groupe Etat islamique, tandis qu'un autre est toujours activement recherché par les autorités. Au moins une quinzaine de personnes ont été blessées dont sept grièvement dans les fusillades, a annoncé dans la soiré le maire de Vienne. Un bilan provisoire pour cette " répugnante attaque terroriste" selon les mots du chancelier autrichien Sebastian Kurz et qui survient la veille du confinement. Une dernière soirée devenue cauchemar pour la capitale autrichienne.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine", annonce Gabriel Attal

EN DIRECT - "Nous reviendrons d'une manière ou d'une autre", promet Donald Trump

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Lire et commenter