Ils n'ont toujours pas vu leurs parents : pourquoi les rescapés de la grotte thaïlandaise sont-ils placés en quarantaine ?

DECRYPTAGE - Les enfants extraits d'une grotte inondée dans le nord de la Thaïlande sont globalement "en bonne santé", assurent les autorités, mais restent hospitalisés, en quarantaine, équipés de lunettes de soleil pour protéger leurs yeux et suivis par des psychologues. Le point.

Ils n’ont pas encore pu voir leurs parents. Ou plutôt si, mais à travers une vitre. Depuis leur sortie, les jeunes garçons de la grotte de Tham Luang, en Thaïlande, ont été placés en quarantaine. 


Ils doivent en effet rester à l'hôpital pendant une semaine pour surveiller l'éventuel développement d'infections. Si les tests ne révèlent rien de dangereux, les parents "seront autorisés à approcher de leurs lits avec des vêtements de protection, en restant à une distance de deux mètres", a précisé le docteur Tosthep Bunthong, en charge des petits rescapés. Les garçons ont été placés en quarantaine mais leurs parents ont cependant pu les voir à travers une vitre, et leur parler à distance. 

Risque de pneumonie

L’hôpital de Chiang Raï, dans le nord de la Thaïlande, où ont été évacués les quatre enfants déjà sortis, a organisé mardi une conférence de presse pour dresser un premier bilan de santé détaillé. "Les huit sont en bonne santé, pas de fièvre", a déclaré Jesada Chokedamrongsuk, responsable du ministère de la Santé publique. Ils peuvent tous se déplacer, parler et manger, et certains ont même pu manger du chocolat. La nourriture épicée, commune en Thaïlande, leur est pour l'heure refusée, leur estomac, privé de nourriture pendant longtemps, étant encore trop fragile.


Si a priori, donc, la santé des enfants est "normale" et hors de danger sur le long terme, ils sont pour l’instant dans un état très faible, et nécessitent un suivi poussé. Le risque de pneumonie, d'abord : les rescapés restés longtemps sous terre ont souvent des problèmes pulmonaires, à cause de l’humidité. Deux des quatre enfants ont ainsi été placés sous antibiotiques du fait de signes de pneumonie.

Risque de téntanos, rage et questions sur la santé mentale

Les garçons ont également subi des examens radiologiques et sanguins. Il apparaissait que les garçons avaient des taux de globules blancs très haut, ce qui pourrait être le risque d’infection. Les tests sanguins ont été envoyés à Bangkok et les résultats ne devraient être connus que dans quelques jours.


Ils ont aussi été vaccinés contre le tétanos et la rage, dans l'hypothèse où ils auraient été mordus dans leur sommeil par des chauves-souris, vecteurs de la maladie, même si la probabilité est cependant très faible.


Leur état psychologique pouvait également poser question, après autant de temps dans des conditions extrêmes, deux semaines dans une grotte, sans vivres, sur un promontoire étroit. Mais "tout le monde est en bonne santé mentale", assure l'hôpital. Des spécialistes ont cependant mis en garde contre les conséquences à long terme de l'épreuve et des psychologues suivent les enfants.

Pas de Coupe du monde en Russie

Les jeunes rescapés portent des lunettes de soleil afin de permettre à leurs yeux, privés de lumière pendant deux semaines, de se réhabituer progressivement au jour. Les troubles oculaires sont, avec les problèmes pulmonaires, un grand classique des rescapés restés longtemps sous terre. Mais le premier groupe de rescapés a déjà été examiné par un oculiste, qui a conclu à l'absence de complications.


Les jeunes footballeurs vont donc plutôt bien, même s’ils ne pourront pas répondre à l'invitation de la Fifa d'aller en Russie assister à la finale de la Coupe du Monde le 15 juillet car ils doivent rester à l'hôpital, estiment les médecins. "Ils ne peuvent pas y aller, ils doivent rester à l'hôpital pendant un moment", a déclaré Thongchai Lertwilairatanapong, haut responsable du ministère de la Santé. "Il est probable qu'ils regardent à la télévision", a-t-il toutefois ajouté.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Thaïlande : le sauvetage des enfants piégés dans une grotte

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter