Immigration : combien coûte une traversée clandestine de la Méditerranée

International

BOAT PEOPLE - Les passeurs basés dans le nord de l'Afrique et au Moyen-Orient monnayent à prix d'or les traversées clandestines à destination de l'Europe. Un trajet à bord d'une barque surchargée peut coûter plusieurs milliers d'euros.

Qu'ils arrivent en vie ou meurent en chemin, les migrants tentant de rallier illégalement l'Europe via la mer Méditerranée payent le prix fort pour une vie meilleure. C'est ce que sont récemment venues nous rappeler les traversées de plusieurs centaines d'entre eux, entassés et livrés à eux-mêmes sur des cargos faisant route vers l'Italie.

EN SAVOIR + >> "Blue Sky M" : moteur bloqué, le cargo fonçait vers la côte italienne avec 768 migrants à bord

Le capitaine du "Blue Sky M" - qui a fui la Syrie comme la plupart des 768 passagers – a ainsi raconté au quotidien italien La Repubblica que les passeurs avaient publié une annonce sur Facebook avant le départ proposant d'embarquer clandestinement vers l'Europe pour 4600 euros par personne. L'Organisation internationale pour les migrations ( OIM ) évoquait vendredi des paiements compris entre 800 et 1700 euros par tête. Les quelque 360 migrants ayant pris place à bord du cargo "Ezadeen" ont quant à eux dû débourser de 3300 à 6700 euros pour effectuer la traversée, d'après les autorités italiennes.

170 euros pour un gilet de sauvetage

Plus de 207 000 personnes ont bravé la Méditerranée en 2014, selon le Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (UNHCR). La plupart à bord d'embarcations de fortune. "Le prix d'une traversée varie fortement, entre 500 à 6000 euros", assure Joel Millman, de l'OIM, contacté par metronews. Tout dépend du porte-monnaie du client et de la cupidité du passeur. Un voyage en avion de l'Egypte vers l'Italie peut grimper à 9500 euros, le même trajet en barque jusqu'à 2000 euros, relève un rapport de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (publié en 2010).

A ces "billets" aux prix exorbitants s'ajoutent parfois de coûteuses "options" : 170 euros pour un gilet de sauvetage et même 250 euros pour pouvoir passer un coup de fil via un téléphone satellitaire, rapportait en juin le Daily Beast .

Human traffic

D'autres migrants prennent moins de risques en payant pour un faux visa touristique. Une étude de l'université libre d'Amsterdam révélait en 2008 que le visa pour la France au départ de l'Afrique se monnayait environ 3000 euros sous le manteau. Pour les Etats-Unis, il fallait comptait jusqu'à 4500 euros.

Les passeurs, rabatteurs et hommes d'affaires qui se font de juteux bénéfices sur l'espoir de ces migrants sont souvent en position de force. "On nous rapporte beaucoup d'histoires de personnes retenues par des hommes armés jusqu'au paiement de leur traversée", raconte Joel Millman. "De nombreuses femmes nigérianes qui se sont vues promettre un job en Europe ont été forcées de se prostituer avant et après le départ pour rembourser le trajet". La "dette" grimpe parfois jusqu'à 40 000 euros .

À LIRE AUSSI
>> De l'Erythrée aux quais d'Austerlitz, au terminus des courageux
>> Immigration : Hollande dénonce "les peurs"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter