Immigration : les propositions-chocs de Donald Trump

Immigration : les propositions-chocs de Donald Trump

DirectLCI
ÉTATS-UNIS – Expulser tous les immigrés sans papiers, abolir le droit du sol… Le favori des sondages à la primaire républicaine pour la course à la Maison-Blanche a détaillé son programme pour l’immigration s’il était élu.

Des mesures que ne renieraient pas certains partisans du Front national… Donald Trump, le prétendant favori à l’investiture du parti républicain pour l’élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis, a livré dimanche soir son programme pour gérer l’immigration s’il était élu l’an prochain. Au point que "dans quatre ans, vous m’interviewerez et direz ‘quel travail magnifique vous avez fait’, président", rêve le candidat.

En 2012, le Pew Research Center , un think tank américain, estimait que 11,2 millions d’immigrés sans papiers vivaient sur le sol américain, dont près de 80% originaires d’Amérique du Nord (Canada, Mexique) ou d’Amérique centrale. En novembre dernier, Barack Obama annonçait une régularisation massive, par décrets. Jusqu’à cinq millions de ces clandestins sont concernés, selon des critères très stricts.

Suppression du droit du sol

Une mesure sur laquelle Donald Trump compte bien revenir s’il est élu à la Maison-Blanche. "Nous devons réunir les familles, mais ils doivent partir", lance le magnat de l’immobilier sur la chaîne NBC, détaillant son programme “Immigration Reform That Will Make America Great Again” (“La réforme de l’immigration qui rendra sa grandeur aux Etats-Unis”). Pour cela, il mise sur un renforcement "du bras armé" du Bureau de l’immigration.

Augmentation du nombre de douaniers, suppression des visas pour les étudiants étrangers, Donald Trump veut aussi couper les vivres aux familles qui sont supposées accueillir des migrants illégaux ou augmenter les tarifs des visas transfrontaliers. Pis, il souhaite que les migrants renvoyés à la frontière remboursent les salaires perçus illégalement aux Etats-Unis.

Autre mesure phare prônée : la suppression du droit du sol pour les enfants nés sur le sol américain.

Le Mexique, principale cible

Pour décourager les candidats à l’immigration, le millionnaire souhaite construire un mur à la frontière avec le Mexique. Mais pas question de débourser un dollar, cette réalisation sera imputée aux autorités mexicaines sur lesquelles il compte faire pression jusqu’à ce qu’elles remboursent. "On ne profitera plus de nous", promet le candidat républicain.

"Les leaders mexicains ont profité des Etats-Unis, en utilisant l’immigration pour se débarrasser du crime et de la pauvreté chez eux", attaque Donald Trump. Le trublion de la campagne présidentielle a la dent dure contre le Mexique. En juin, il s’en prenait déjà au peuple voisin, assurant que les Mexicains n’apportaient que "drogues et crimes". Rien à dire, à l'entendre, "Batman, c'est [lui]"...

À LIRE AUSSI
>> Donald Trump l'assure, "Batman, c'est lui"
>> Etats-Unis : les meilleures et les pires sorties de Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter