Impôt sur la barbe, tsar à 10 ans : 5 choses à savoir sur Pierre Le Grand, qui réunit Poutine et Macron

HISTOIRE - La rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine a lieu ce lundi au château de Versailles, à la faveur d'une exposition consacrée aux 300 ans de la visite de Pierre Le Grand, tsar de Russie, dans le palais du roi de France.

La première rencontre en tête-à-tête entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, lundi 29 mai, a lieu à Versailles. Symbolique à de nombreux égards, l'ancien palais des rois de France n'a pas été choisi au hasard. En plus d'incarner le rayonnement de la France, il permet d'éviter une rencontre au palais de l'Élysée, pouvant être jugée trop officielle au vu de l'actuelle froideur des relations franco-russes. 


Une autre raison explique le choix du château de Versailles : les deux chefs d'États inaugureront l'exposition "Pierre Le Grand, un tsar en France" consacrée au tricentenaire de la venue du tsar Pierre Le Grand dans le palais royal, en 1717. D'une durée de plus de 40 ans, le règne atypique de Pierre Le Grand a marqué la Russie, et trouve encore un écho aujourd'hui. Illustration en cinq points.

Tsar à 10 ans, il a fait rentrer la Russie dans la cour des grands

Né en 1672, Pierre Le Grand devient tsar de Russie à 10 ans, en 1682. Nourrissant une fascination pour l'Europe occidentale, et en particulier pour son savoir-faire technique, il entreprend une politique de modernisation de la Russie et d'expansion militaire. Le jeune tsar a pour but de transformer la Russie en grande puissance et compte entrer en guerre contre l'Empire ottoman. À cette fin, il noue des alliances avec plusieurs états européens, à l'exception notable de... la France, dirigée à l'époque par Louis XIV. 

Il a pris dans ses bras le roi de France, âgé de 7 ans

Le Roi Soleil, qui avait refusé de recevoir son homologue russe, meurt en 1715. Son fils, Louis XV, âgé de 5 ans, lui succède sur le trône de France. Deux ans plus tard, Pierre Le Grand est reçu en grande pompe en France. Jusqu'à la majorité du Roi, le pays est dirigé par le Régent, Philippe d'Orléans. Comme l'affirme aujourd'hui l'exposition, Pierre Le Grand "bouscule le protocole à maintes reprises" lors de sa visite et va jusqu'à prendre dans ses bras le jeune roi de France, alors âgé de 7 ans. Un geste qui a marqué l'histoire et fut même immortalisé par la suite dans un tableau. 

Il a créé un impôt... sur la barbe

En vidéo

Vladimir Poutine rencontre Emmanuel Macron à Versailles sous haute sécurité

Pendant la vague de modernisation de la Russie que Pierre Le Grand a impulsé, le tsar a cherché à mettre fin à certaines coutumes et à occidentaliser l'apparence de ses sujets. En 1699, il interdit strictement le port de la barbe, qu'il juge rétrograde. Très contesté, notamment par les classes populaires et les membres de l'Église orthodoxe, cette décision a été progressivement modifiée. L'interdiction a d'abord été remplacée par une taxe dont devaient s'acquitter toute personne voulant porter une barbe, puis la taxe a été annulée pour les religieux. 

Il a créé Saint-Petersbourg, la ville natale de Vladimir Poutine

Toujours en vue de moderniser la Russie, et afin d'avoir une ville portuaire, Pierre Le Grand décide en 1706 de créer de toute pièce Saint-Pétersbourg. Sept ans et des dizaines de milliers d'ouvriers morts plus tard, la ville est finie. Elle devient la capitale de l'Empire russe, concentre de nombreuses richesses et abrite le musée de l'Ermitage, l'un des plus grands du monde, d'où viennent la majorité des œuvres exposées lors de l'exposition inaugurée au Louvre par Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Le chef d'État russe est d'ailleurs né à Saint-Pétersbourg, et occupera de hautes fonctions à la mairie de la ville après son passage dans les services secrets russes.

Il a donné son nom à l'un des navires de guerre les plus puissants de Russie

Si Pierre Le Grand incarne l'expansionnisme russe du passé, il a laissé son nom à l'un des instruments de la puissance militaire actuelle du pays. Le Pierre le Grand est un énorme croiseur à propulsion nucléaire, et l'un des fleurons de la Marine russe. Presque aussi long et lourd que le porte-avions français Charles de Gaulle, il est équipé de plus de 200 missiles et a participé à l'opération militaire russe au large des côtes syriennes en octobre 2016.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet