Accident mortel dans un sous-marin russe : ce que l'on sait

International

ARMÉE - Quatorze marins ont trouvé la mort lundi soir, intoxiquées par les émanations dues à l'incendie d'un sous-marin. Un accident sur lequel la Russie ne souhaite guère s'expliquer.

Circulez, il n'y a rien à voir. C'est, en substance, le credo des autorités russes ce mardi, au lendemain d'un accident à bord d'un sous-marin. Le drame, qui s'est noué dans le Grand Nord, a coûté la vie à 14 marins. Dans quelles circonstances ? Que faisaient-ils dans cette zone ? Difficile de le savoir, tant l'armée a verrouillé sa communication.

Lire aussi

Comment l'incendie s'est-il déclaré ?

Selon l'armée, le sinistre aurait débuté lors d'une opération visant à recueillir des données sur les fonds marins. Les autorités norvégiennes ont annoncé avoir été informées par Moscou d'une explosion de gaz à bord du sous-marin. Les marins tués ont été intoxiquées par les émanations dues à l'incendie. Le feu a été maîtrisé et le sous-marin est rentré à son port d'attache, ce qui sous-entend qu'il y a des rescapés.

De quel type de sous-marin s'agit-il ?

Selon des sources citées par les journaux russes RBK et Novaïa Gazeta, le submersible en question est le sous-marin nucléaire AS-12, surnommé "Locharik", un engin secret conçu pour la recherche et les opérations spéciales en grandes profondeurs. Si peu de choses sont connues sur l'AS-12, il ne serait pas armé et pourrait atteindre une profondeur de 6000 pieds - soit 1800 mètres - avec 25 membres d'équipage, selon Novaïa Gazeta.

Vladimir Poutine n'a pas cité le nom du submersible mais a confirmé qu'il s'agissait d'un appareil inhabituel. "Ce n'est pas un vaisseau ordinaire, comme nous le savons il s'agit d'un vaisseau de recherche scientifique, avec un équipage très professionnel", a-t-il dit, précisant que sept capitaines de premier rang - le grade le plus élevé des officiers de la marine russe - figuraient parmi les 14 victimes.

Qui sont les marins tués ?

En présentant ses condoléances aux proches des sous-mariniers, Vladimir Poutine a précisé mardi soir que deux "Héros de la Russie" et sept "capitaines de premier rang", le grade le plus élevé chez les officiers navigants russes, comptaient parmi les morts. "C'était un équipage hautement qualifié", a ajouté le président russe.

Le niveau de l'équipage semble confirmer le caractère stratégique de la mission du sous-marin. Sur son site internet, la cathédrale de Mourmansk a annoncé la tenue d'une cérémonie funèbre en la mémoire des disparus, ne les identifiant que par leur prénom.

Que reste-t-il à découvrir ?

Sans doute de nombreux détails. Or le Kremlin semble bien décidé à conserver ses secrets. "Cette information ne peut être rendue totalement publique. Elle se trouve dans la catégorie du secret d'Etat", a indiqué aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qualifiant cette décision de "parfaitement normale".  "Pour autant, l'état-major des forces armées russes dispose d'une information complète" sur la tragédie, a ajouté le porte-parole. 

Lire et commenter