Inde : à 13 ans, elle décède après un jeûne de 68 jours, sa famille accusée de l'avoir forcée

Inde : à 13 ans, elle décède après un jeûne de 68 jours, sa famille accusée de l'avoir forcée

MORT SUSPECTE - La famille d'une adolescente indienne de 13 ans, morte après avoir observé un jeûne de 68 jours, a été accusée par la police d'homicide volontaire dimanche 9 octobre. Des associations affirment qu'elle a été contrainte de se soumettre à cette pratique.

Aradhana Samdariya, 13 ans, est décédée le mardi 4 octobre à Hyderabad dans le sud de l'Inde, apparemment d'une crise cardiaque, 48h après avoir achevé un jeûne de 68 jours. 

Ses parents et d'autres membres de la famille ont été inculpés dimanche 9 octobre d'homicide volontaire à la suite de plaintes déposées par plusieurs associations, a indiqué à l'AFP le policier chargé de l'enquête, M. Mattaiah. "Pour l'instant, rien n'est clair, a-t-il souligné. Le corps a été incinéré et notre enquête reposera sur le rapport médical. Nous interrogerons la famille avant de poursuivre (les investigations)".

Jeûner afin d'apporter la prospérité à leur affaire

Selon une organisation des droits de l'enfant, citée par la BBC, la jeune fille aurait été contrainte à se soumettre à ce jeûne religieux. Une pratique du jaïnisme, une très ancienne religion indienne dont les fidèles croient en la réincarnation et qui insiste sur la non-violence absolue, la défense de l'environnement et l'ascétisme. Elle compte plus de 4 millions de fidèles dont la plupart vivent du commerce.

Selon la presse, un prêtre avait conseillé à la famille de demander à la fillette de jeûner afin d'apporter la prospérité à leur affaire, qui commençait à péricliter. Mais la grand-mère de l'adolescente, Manekchand Samdariya, a rejeté cette version, affirmant que la famille était traumatisée par sa mort et que "personne ne l'avait forcée à jeûner". 

Nous lui avons demandé d'arrêter après 51 jours- Le père de la jeune fille

Même son de cloche du côté des parents. Selon eux, l'adolescente s'était engagée à observer un jeûne de 68 jours au cours duquel n'est autorisée que la consommation d'eau bouillie deux fois par jour. "Nous lui avons demandé d'arrêter après 51 jours, mais elle ne voulait pas abandonner. Son jeûne était volontaire", a déclaré son père à la BBC.

Plus de 600 personnes ont assisté aux funérailles de cette "enfant sainte".  "Les gens sont venus exprimer leur sympathie après sa mort. Il n'était pas question de religion", a assuré sa grand-mère.

Pour autant, le jeûne prolongé est très populaire parmi les adeptes du jaïnisme. En 2015, un tribunal de l'ouest de l'Inde avait interdit le "Santhara", une pratique consistant à jeûner jusqu'à la mort. Mais cette interdiction avait été annulée par la cour suprême estimant que ce rituel était une composante de la non-violence.

VIDEO. Une jeune indienne défigurée à l'acide pour un "crime d'honneur" défile à la fashion week de New Yorj

En vidéo

Une jeune indienne défigurée à l'acide, star de la Fashion Week new-yorkaise

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Les enfants sont désormais le principal moteur de la reprise épidémique"

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Présidentielle 2022 : un premier meeting "à risque" pour Eric Zemmour

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait au moins 13 morts, des milliers d'habitants ont fui Java

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.